Images de fin du monde

Images de fin du monde

278
0
PARTAGER

Le bilan, provisoire, faisait état, en fin d’après-midi d’hier, de «probablement plus de 1000 morts et de plusieurs centaines de disparus», estime l’agence Kyodo. Bilan appelé à s’alourdir, au vu de la rare violence du tremblement de terre et du raz-de-marée enregistrés. Les images transmises par les canaux du monde entier en témoignent.
Gratte-ciel tanguant par la force des secousses telluriques, maisons et immeubles effondrés tels des châteaux de cartes ou encore gigantesques crevasses sur les autoroutes gondolées.

Et cette vague géante déferlant à une vitesse vertigineuse, le tsunami a tout emporté sur son passage. La lame boueuse charriant voitures, bateaux, pans de murs et autres planches de bois a ainsi pénétré, à certains endroits, jusqu’à cinq kilomètres à l’intérieur des terres, détruisant tout. Des trains de passagers, deux pour l’heure, transportant des centaines de passagers, ont même été signalés disparus, ayant été submergés par le  tsunami. Plus de 80 incendies ont été signalés dans l’ensemble de la zone touchée, avec une dizaine seulement pour la capitale. Dans la région de Tokyo, une raffinerie de pétrole était en feu à Iichihara et des flammes s’élevaient à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Les réacteurs des centrales nucléaires situées dans les préfectures proches de l’épicentre se sont automatiquement arrêtés. Toutefois, un petit départ de feu avait été signalé dans un bâtiment abritant une turbine dans la centrale nucléaire d’Onagawa, dans le nord-est, mais il a été éteint, assurent les autorités. D’ailleurs, aucune fuite radioactive ni dans cette installation ni dans les autres sites nucléaires des préfectures touchées n’a été détectée.  Cependant, et par mesure de précaution, le gouverneur de la préfecture de Fukushima a ordonné l’évacuation de 6000 personnes résidant dans un rayon de trois kilomètres de la centrale nucléaire Fukushima n°1.

Les moyens de transport suspendus

L’aéroport international de Narita, situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Tokyo, a suspendu le trafic pendant plusieurs heures, mais a annoncé dans la soirée d’hier que les opérations reprenaient progressivement. Le peuple japonais est pourtant l’un des plus rompus à ce type de manifestations ; ce sont des millions de personnes qui, pris de panique, se sont ruées à l’extérieur des habitations et autres tours de bureaux. Et ce sont d’ailleurs des millions de foyers qui se retrouvent dans le noir, l’électricité ayant été coupée. De même, des milliers de citoyens, travaillant dans les grandes villes, n’ont pas pu rentrer chez eux, dans les banlieues, l’ensemble des moyens de transport en commun ont été suspendus.
Les transports ferroviaires et routiers ont également été interrompus dans une grande partie de l’archipel, en particulier dans Tokyo et sa région, bloquant des millions de personnes qui ont pris d’assaut les hôtels de la ville ou bien tentaient de regagner leur domicile à pied.
Les trains express ont été stoppés dans tout le Nord-Est et les autoroutes de la région de Tokyo fermées quelques minutes après le tremblement de terre. Les côtes de Californie, à l’ouest des Etats-Unis, ont, à leur tour, été touchées par le tsunami nippon. Plusieurs centaines d’évacuations ont été ordonnées hier matin.

Onde de choc…

La mesure concerne cinq comtés côtiers qui ont commencé à être touchés par les vagues, 12 heures après le tremblement de terre. Une alerte au tsunami avait été lancée dans tous les Etats de la côte pacifique des Etats-Unis, de l’Alaska à la Californie. Ce sont d’ailleurs la plupart des Etats riverains du Pacifique, de l’Océanie à l’Amérique latine, qui ont émis des avis d’alerte au tsunami. Les zones côtières ont été évacuées aux Mariannes comme à Guam et à Hawaï. La Colombie a constaté une hausse de cinquante centimètres du niveau de la mer. L’Equateur, où l’état d’exception a été décrété, a ordonné l’évacuation des régions menacées. Les premières vagues ont atteint Hawaï, où les habitants des zones côtières avaient été évacués pendant la nuit.

Ghania Lassal/Elwatan.com_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

Commentaires