Maison A la une Immigration: Trump met fin à la protection des « Dreamers »

Immigration: Trump met fin à la protection des « Dreamers »

522
0
PARTAGER

Le président américain Donald Trump a mis fin mardi au programme mis en place par son prédécesseur Barack Obama qui a permis à des centaines de milliers de jeunes sans-papiers de rester aux Etats-Unis, une décision qui a provoqué de vives réactions dans le monde politique et économique.

Immigration: Trump met fin à la protection des "Dreamers"
Le sort des quelque 800.000 « Dreamers » qui bénéficient actuellement d’un statut temporaire leur permettant d’étudier et de travailler est désormais extrêmement incertain.

La Maison Blanche a appelé le Congrès à légiférer dans les six mois mais un compromis sur l’immigration, sujet qui divise Washington depuis des décennies, est loin d’être acquis.

M. Trump n’a pas immédiatement pris la parole pour expliquer son choix mais insisté dans un communiqué sur la nécessité de donner « la priorité » aux travailleurs américains, thématique centrale de sa campagne électorale. « Nous devons nous rappeler que les jeunes Américains ont aussi des rêves », a-t-il lancé en référence au surnom donné aux bénéficiaires de ce programme.

Assurant quelques heures plus tard depuis le Bureau ovale qu’il avait « beaucoup d’amour » pour ces jeunes, il a renvoyé la balle dans le camp du Congrès.

A compter de ce jour, aucune nouvelle demande ne sera examinée. Les permis existants, qui portent sur une durée de deux ans, resteront en revanche valables jusqu’à leur expiration, date à laquelle leurs détenteurs n’auront plus le droit de travailler et pourront théoriquement être expulsés.

La décision a immédiatement provoqué une cascade de réactions indignées, dans le camp démocrate bien sûr, mais aussi chez certains républicains, dans le monde de l’entreprise et au-delà des frontières américaines.

Le Mexique, dont sont originaires l’écrasante majorité des enfants et jeunes adultes concernés, a exprimé sa vive inquiétude, réclamant une solution « rapide » pour mettre fin à l’incertitude juridique dans laquelle ces derniers se trouveront dans les mois à venir.

 

Commentaires