PARTAGER

Il aura fallu d’un banal contrôle d’une femme marocaine tombée malade en Belgique pour découvrir un grand trafic de visas « Schengen’ dans les services du Consulat Général d’Espagne à Rabat qui a profité à plusieurs dizaines de bénéficiaires en échange de sommes importantes allant jusqu’à 80.000 dirhams par visa.

L’affaire est assez grave pour que le chef de la diplomatie espagnol soit interpellé dans le parlement de son pays et pour qu’une enquête menée avec de gros moyens ne soit déclenchée pour découvrir les failles d’un service qui se voulait à l’abri de toute mauvaise surprise de ce genre.

C’est la police belge qui a mis la puce à l’oreille de son homologue espagnole en l’informant qu’elle avait arrêté une marocaine avec un passeport contenant un visa délivré par ce consulat de Rabat sans comprendre l’assurance -maladie obligatoire dans la procédure. C’est ainsi que la piste du trafic a été découverte mais non remontée à ce jour à l’auteur ou les auteurs de cette opération qui a mis les services consulaires espagnols sens dessus dessous et provoqué la mise sur pied d’une commission d’enquête pour éplucher tous les dossiers de demande du précieux sésame.

A l’heure de l’écriture de ces lignes, 25 cas de faux documents ont été identifiés et les procédures d’annulation en vigueur engagées.

Commentaires