Industrie : Le Maroc renforce son attractivité

Industrie : Le Maroc renforce son attractivité

274
0
PARTAGER

Le think-tank, qui revient dans une analyse parvenue à la MAP sur l’essor que connaît le secteur de l’industrie automobile au Maroc, souligne les avantages que présentent les zones franches marocaines contribuent à l’attractivité du Royaume.

Ainsi, note OBG, l’ouverture attendue d’une nouvelle usine d’assemblage de véhicules au mois de février dans l’une des zones franches du pays, témoigne de l’expansion de la base industrielle marocaine, à l’heure où le pays cherche à développer les secteurs de l’automobile et des composants automobiles dans le cadre du Pacte national pour l’émergence industrielle 2009-15.

Renault, présent au Maroc depuis plus de 80 ans, lancera dès ce mois-ci les activités de sa nouvelle usine d’assemblage, située dans la zone franche de Tanger (Tanger Free Zone, TFZ), indique la source, relevant que l’usine, d’un cout estimé à 1 milliard d’euros, devrait produire 170.000 véhicules au cours de sa première année d’activité, un chiffre que la société espère porter à 400.000 à l’horizon 2014.

Le site débutera sa production avec 2.600 employés avant de d’augmenter son effectif à 6.000 personnes d’ici à 2015.

OBG souligne, d’autre part, que de plus en plus de sociétés du secteur automobile choisissent de s’implanter dans les zones franches, et plus particulièrement la TFZ, le parc industriel et logistique Atlantic Free Zone et la zone industrielle Tanger Automotive City.

Une telle expansion ne manquera pas d’entrainer un renforcement de la part du secteur dans le Produit intérieur brut marocain, en créant de l’emploi et en offrant aux marchés européens et africains, une base industrielle pour la production à bas coût, observe le cabinet, rappelant que les zones franches marocaines ont accueilli plusieurs nouveaux constructeurs automobiles en 2011, notamment la société espagnole Proinsur, qui s’est implantée dans la TFZ.

Pour sa part, l’équipementier Delphi Automotive, présent au Maroc depuis 1999, a également renforcé les capacités de son usine de Tanger, créant ainsi 1.200 nouveaux postes en 2011, poursuit la source, rappelant que le groupe français Inergy Automotive Systems et la société japonaise Denso ont respectivement investi 6 et 12 millions d’euros dans la production de systèmes de composants à Tanger.

L’Atlantic Free Zone, située à Kenitra, a également vu affluer un certain nombre d’investissements réalisés par des équipementiers automobiles, lit-on dans l’analyse, qui note que la société japonaise Yazaki, présente depuis 2000 au Maroc, où elle emploie plus de 8.000 personnes, a ouvert sa troisième usine fin septembre, tandis que la société japonaise Fujikura et le groupe français Saint-Gobain ont respectivement investi 14.6 millions d’euros et 9.47 millions d’euros dans de nouveaux sites de production.

Dans le but de satisfaire les besoins générés par ces nouveaux projets, le Maroc prévoit de former 70.000 nouveaux diplômés spécialisés, qui arriveront sur le marché d’ici à 2015, indique OBG.

Si le secteur manufacturier marocain poursuit son expansion, plus de 80% de la production est cependant exportée, en raison de dynamiques commerciales mondiales assez singulières, indique le cabinet, soulignant que les exportations de véhicules ont progressé depuis 2005 de 20.3% par an en moyenne, une tendance qui reflète l’expansion de l’industrie.

Ces réalisations, confortées par les efforts soutenus du gouvernement, montrent que le secteur automobile marocain «a de beaux jours devant lui», conclut le cabinet.

 

MAP________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires