Installation à Barcelone de Youssef Amrani au poste de SG de l’UpM

Installation à Barcelone de Youssef Amrani au poste de SG de l’UpM

180
0
PARTAGER

Cette cérémonie officielle de prise de fonction a été marquée par la présence du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Taieb Fassi Fihri, des chefs de la diplomatie espagnole et française, Trinidad Jiménez et Alain Juppé, ainsi que de celle du vice-ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Fathallah.

Ont également assisté à cette cérémonie, le Conseiller de SM le Roi et président de la Fondation Anna Lindh, M. André Azoulay, l’ambassadeur du Maroc en Espagne, M. Ahmed Ould Souilem, le ministre français en charge de l’Industrie et de l’énergie, Eric Besson, le président du Gouvernement autonome de Catalogne, Artur Mas et plusieurs ambassadeurs et hauts responsables des pays membres de l’UpM.

Intervenant à cette occasion, M. Amrani a souligné que la confiance placée en lui par les pays membres de l’UpM « constitue une grande responsabilité, compte tenu des multiples attentes des pays euro-méditerranéens, un grand défi, en raison du nouveau contexte né des événements que nous connaissons dans le monde arabe et des effets de la crise économique et financière, mais surtout une opportunité unique pour construire ensemble une politique méditerranéenne ambitieuse qui répond aux aspirations des peuples de notre région « .

Les pays de la région euro-méditerranéenne partagent la même vision, la même ambition et la même approche, a-t-il dit, précisant que cette vision est « basée sur la création d’une zone euro-méditerranéenne de stabilité et de prospérité partagée, qui est l’un des principaux objectifs du Partenariat euro-méditerranéen ». « Nous partageons la même ambition, mais également une même prise de conscience quant à la nécessité de saisir le contexte actuel pour entamer une coopération renforcée, efficace et opérationnelle », a-t-il ajouté.

Les pays de la région partagent aussi « la même approche fondée sur la nécessité de mettre en oeuvre des projets concrets qui puissent avoir un impact réel sur le citoyen « , a-t-il poursuivi.

Le diplomate marocain s’est réjouit, dans ce contexte, de la reprise par l’Union européenne (UE), dans les prochains jours, des consultations politiques avec les pays du Sud pour finaliser la nouvelle politique européenne de voisinage, qui, a-t-il estimé, constitue  » une approche consultative qui vient renforcer le caractère paritaire et associatif de ce partenariat, en consacrant l’UpM au coeur de la stratégie de l’UE vis-à-vis de son voisinage ».

« La réponse de l’UE doit être à la fois rapide, globale et novatrice », a-t-il souligné, mettant l’accent sur l’importance de  » saisir cette opportunité pour définir ensemble un nouvel instrument régional qui puisse compléter la dimension bilatérale « .

Le nouveau SG de l’UpM a mis en exergue la nécessité de donner un « signal fort », sur le plan politique, « en développant une stratégie commune visible par les dirigeants comme par les citoyens des deux rives », soulignant que  » le moment est venu pour l’Europe de saisir cette opportunité pour opérer un saut qualitatif et quantitatif dans les relations avec les pays du Sud « .

Il a relevé, dans le même sens, l’importance de soutenir, sur le plan économique, la création d’entreprises  » à même de générer une croissance suffisante pour réduire les fortes inégalités entre le Nord et le Sud « , ainsi que de soutenir, dans le domaine social, la mobilité des chercheurs, des étudiants, et des hommes d’affaires dans la région Méditerranéenne,  » en leur offrant un cadre nouveau permettant d’impliquer des acteurs de la société civile et la jeunesse « .

« Sur le plan culturel, l’amélioration de la connaissance entre les peuples, la compréhension mutuelle et les échanges interculturelles entre les deux rives s’avèrent nécessaires », a-t-il dit, soulignant le rôle « important » que pourrait jouer la Fondation Anna Lindh  » en tant que passerelle entre les cultures, les religions et les croyances euro-méditerranéennes « .

« Ce que nous voulons, c’est saisir pleinement cette opportunité qui s’offre à nous pour doter l’UpM d’une réelle politique de mobilisation et de solidarité collective, en privilégiant plus de proximité, plus d’échange, plus d’intégration et plus d’actions concrètes « , a-t-il conclu.

M. Amrani a été nommé Secrétaire général de l’UPM par les Hauts fonctionnaires de l’Union, lors d’une réunion tenue le 25 mai dernier à Barcelone.

Il remplace ainsi le Jordanien Ahmed Massa’deh qui a démissionné de ses fonctions en janvier dernier.

Créée le 13 juillet 2008 à l’initiative du président français Nicolas Sarkozy, l’UpM compte quarante-trois membres. et ambitionne, en développant des projets concrets dans divers domaines (environnement, transports, énergie, culture, éducation…), de donner un nouveau souffle à la coopération euro-méditerranéenne lancée en 1995 à Barcelone.

Au niveau institutionnel, l’Union est toujours co-présidée, depuis sa création, par la France et l’Egypte.

 

 

map__________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires