Internet: Le Maroc au premier rang en Afrique

Internet: Le Maroc au premier rang en Afrique

357
0
PARTAGER

Dans sa réponse à une question du groupe Authenticité et Modernité à la Chambre des conseillers, sur la « production audiovisuelle et le risque d’effondrement de la sécurité culturelle », M. El Khalfi a estimé que cette ouverture sur les nouvelles technologies pose effectivement des défis à la sécurité culturelle, aux valeurs et à l’identité marocaines. Cependant, a-t-il poursuivi, et malgré un accompagnement juridique à la traine, l’arsenal actuel, notamment la loi sur l’audiovisuel de 2006, prévoit une série de mesures qui permettent une action de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) et des organisations de la société civile d’utilité publique.

Outre cette loi, a ajouté le ministre, un autre niveau d’intervention a été rendu possible grâce à l’adoption récemment par le conseil de gouvernement de la convention européenne sur la cybercriminalité, y compris les crimes qui mettent en danger la sécurité de la société.

S’agissant des efforts déployés pour promouvoir la production audiovisuelle nationale, M. El Khalfi a rappelé les rencontres tenues par son département avec nombre d’associations opérant dans le domaine culturelle, ainsi qu’avec l’Union des écrivains du Maroc (UEM), les syndicats des musiciens et des professionnels du théâtre, soulignant que l’objectif étant de développer la production nationale et de proposer un produit qui reflète l’identité marocaine, basée sur une référence constitutionnelle.

Un autre niveau d’intervention est assuré par l’instauration d’un comité d’éthique au sein des deux chaînes de télévision, une action, selon le ministre, qui ne touche pas à l’indépendance de la première chaîne et de 2M, mais leur donne les moyens de mettre en œuvre le guide de protection du jeune public et de la charte de déontologie issue de la loi sur l’audiovisuel.

M. El Khalfi a, par ailleurs, fait l’éloge des dispositions prévues dans les nouveaux cahiers de charges de la Société nationale de la radio et télévision, notamment en matière de transparence, de qualité et de compétitivité, avant de rappeler que l’ensemble des intervenants dans le champ médiatique, y compris le ministère de tutelle et les sociétés de production, demeurent mobilisés pour relever le défi de la qualité et de la libre concurrence.

 

MAP/ Actu-maroc.com_______________

 

Commentaires