Interview avec Fouad Khairi : « Sidi Mohammed encore prince héritier était fan...

Interview avec Fouad Khairi : « Sidi Mohammed encore prince héritier était fan de mon émission »

2153
0
PARTAGER

Le plus grand plaisir du mois de Ramadan c’est certainement lorsque vous écoutez la radio ou quand vous vous retrouvez en famille le soir autour d’une table de ftour bien garnie, après une longue journée de travail, pour rompre le jeûne. Loin de son pays natal, le Maroc, actu-maroc a rencontré Fouad Khairi, animateur, producteur et chanteur qui partagera avec nos lecteurs  ses débuts dans sa carrière artistique et radiophonique.

Vous vivez actuellement en France, parlez nous tout d’abord de Ramadan, ce mois sacré loin des traditions marocaines ?

FK : Les pays et les horaires changent, mais les habitudes et nos traditions restent les mêmes et c’est ce que j’ai compris durant le mois de ramadan loin de mon pays. Les habitudes marocaines sont les mêmes, des tables de ftour merveilleusement bien garnies avec tous les chehiwates que ça soit ici ou ailleurs.  La générosité et le partage sont les faits quotidiens des marocains surtout en ce mois sacré, tout en essayant de se rapprocher le maximum possible à Dieu avec nos prières. Même loin du Maroc et de ma famille, ramadan me rend fort, j’ai une double énergie et tant mieux pour moi, hhhh… A cette occasion, laissez moi souhaiter à tous les marocains du monde et à tous les musulmans, un ramadan moubarak.

Pourquoi Fouad Khairi a quitté le Maroc pour s’installer en France? 

FK : J’ai décidé de quitter le Maroc, non par plaisir, mais presque par obligation. En effet, j’ai fait plusieurs tentatives, pour refaire de la radio, et après avoir envoyé plusieurs pilotes d’émissions et concept radiophonique et même télévisé, malheureusement, je n’ai reçu que des promesses sans aucune confirmation jusqu’à présent. Il faut savoir que je suis un homme de radio bien connu dans la profession, mon métier est tout d’abord le micro, l’animation et le journalisme médias. J’aime mon Maroc, mais je ne veux pas vivre dans l’espoir. Il viendra peut être un jour où mon télephone sonnera depuis le Maroc pour enfin une bonne nouvelle..

Parlez nous un peu de ton parcours professionnel ?

FK : Créateur du 1er championnat de France des disc-jockeys, et l’initiateur du développement de la professionnalisation du métier des disc-jockeys en France et en Suisse également, à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981 qui avait autorisé à l’époque les radios libres.  J’étais parmi les premiers à saisir l’opportunité en lançant Radio Côte de beauté en France à ROYAN (Charente-Maritime).  En 1982 j’avais animé une émission sur MEDI 1 de Tanger « ça balance sur la fréquence  » et je me rappelle que j’étais considéré parmi les meilleurs animateurs francophones au Maroc. Mes collègues d’antenne étaient : OMAR SALIM, RACHID BOUZIDA, TOURIA SOUAF, MEHDI OUAZANI, JALIL NOURI … La chaine de télevision 2M n’existait pas à l’époque ni même Radio SAWA.

Comment êtes-vous devenu auteur-compositeur ?

FK : Ça fait des années que j’avance en musique parce que la musique a toujours été encré en moi . Mais j’ai effectivement commencé en écrivant pour les artistes, telque le chanteur NOURI, HATIM IDAR, ABDER BEND, BOUCHRA KHALIL et d’autres, en leur proposant des textes et des mélodies puis progressivement, je suis allé un peu plus loin dans ma démarche artistique puisque j’ai fait ce pas où il a fallu que je chante des chansons faites sur mesure pour moi .

Et comment décrirez-vous votre musique ?

FK : Ma musique, c’est une musique métissée généraliste, ayant été DJ dans les années 80, je suis nourri de funk, de soûl, de musique orientale, Je suis un accro de différents rythmes.

Est-ce qu’il y a des chanteurs qui ont influencé votre manière d’écrire des chansons et de chanter?

FK : Je suis un homme très admiratif. J’ai une culture de l’admiration très forte. J’admire Abdelwahab Doukkali, j’admire Abdelhadi Belkhayat, j’admire feu Mohamed El Hayani et bien d’autres qui m’ont beaucioup nourri.

Votre côté artistique, est-il récent ? 

FK : 36 ans, hhhhh. Mon expérience artistique date des années 80, en effet j’ai été directeur et propriétaire de fréquences Radio Nostalgie, et SKY ROCK (Angoulême en Charente) je me suis installé en suisse FRIBOURG ou j’ai dirigé RADIO SARINE. J’avais créé une école pour DJ et j’ai eu le plaisir de collaborer avec le magazine suisse TV8, ainsi je me suis occupé de la tournée PATRICK JUVET, KARIM KACEL, et CHAB MAMI.         Tout en étant disc-jockey, j’animais des soirées à BENIDORM en Espagne et à IBIZA, je remixais un grand tube d’Aretha franklin « RESPECT » et je cartonnais dans les clubs avec « Live Is Life » en 1984 « STARGO » avril 2006.  Je produisais et animais avec succès         « Fouad fait son show ».  J’ai fait découvrir au public L’humoriste EKO « Tendance Marrakech », sur Rabat chainé inter.  J’ai également produit « La nuit du rire » ainsi que  « Le festival international du rire de Marrakech », repris avec brio par Jamel Debbouze, je reconnais que faire mieux que lui m’était impossible, de plus nous n’avons pas la même notoriété, je suis content que ce festival soit connu sur le plan international, je me dis parfois, effectivement j’ai été pour quelque chose. J’ai aussi créé le festival « SLamWa Angham» co-organisé avec SAÏD NACIRI « La nuit des étoiles de l’écran » Côté cinéma et film, j’étais directeur de production du Téléfilms « Un mari à louer ». Directeur de communication du long métrage « Châtiment » . Acteur et directeur casting du téléfilm « Le Hacker de Farida Bourquia » et bien d’autres …

Un parcours très riche Ssi Fouad. Et si vous nous parlez de votre dernière chanson « ZWINE ZWINE » dédiée à Sa Majesté ?

Ma chanson «ZWINE ZWINE ZWINZE» c’est suite à une discussion avec un ami sur notre roi, et à un moment donné dans la discussion je lui ai dit «ZWINE MALIKNA ZWINE, HAFDO RABI MEN EL 3AYN!». Et je suis rentré à la maison avec l’idée de composer une chanson dédiée à notre roi avec ce refrain. Pour moi une chanson sur notre roi et le royaume peut être écoutée à tout moment de l’année, et diffusée à tout moment de la journée sur les ondes de nos radios, pour rappeler l’amour de notre pays. Il ne faut pas attendre impérativement un événement spécifique, J’ai une passion, un amour pour mon pays, pour mon roi et pour tous les marocains et j’estime que mon pays est le plus beau pays du monde et les Marocains sont le peuple le plus hospitalier et le plus fidèle.’ Si je devais adorer autre après Allah, ça ne pourrait être que mon pays et mon roi.

Avez-vous une anecdote qui vous a marqué et que vous souhaitez partager avec nos lecteurs ?

FK : En janvier 1983, Mr Casalta directeur de la radio MEDI 1 à l’époque, m’avait convoqué à son bureau, pour me dire de prendre l’antenne de midi à 14 h, à mon grand étonnement, je lui avais dit que ce n’était pas ma tranche horaire! il m’a tout simplement répondu avec un sourire, que le président Mitterrand était en visite au Maroc, et le Palais de Rabat était sonorisé par Medi1, et que c’était à la demande de Sidi Mohammed encore prince héritier visiblement fan de mon émission. Je ne pouvais être que fier de moi.

 

Commentaires