Iran: la libération des deux Américains toujours suspendue à une signature

Iran: la libération des deux Américains toujours suspendue à une signature

155
0
PARTAGER

« Je suis allé au tribunal ce matin mais on m’a dit que le juge était absent », a expliqué Me Masoud Shafii à l’AFP.
« J’ai attendu un peu, on m’a dit qu’on m’appellerait et je suis parti », a ajouté l’avocat de Shane Bauer et Josh Fattal, 29 ans, arrêtés en juillet 2009 à la frontière irano-irakienne et condamnés en août dernier à 8 ans de prison pour espionnage et entrée illégale en Iran.
Le président Ahmadinejad, qui est arrivé lundi soir à New-York pour l’Assemblé générale de l’Onu, avait annoncé le 13 septembre que Téhéran, dans un « geste humanitaire unilatéral », avait décidé de libérer les deux Américains « d’ici quelques jours ».
L’Autorité judiciaire avait ensuite démenti, affirmant qu’aucune décision n’avait encore été prise.
Me Shafii avait toutefois confirmé avoir été informé par un responsable judiciaire de la décision de libérer ses clients –qui ont fait appel de leur condamnation– contre une caution de 500.000 dollars chacun.
Le versement de la caution permettant de libérer les deux Américains demeure toutefois suspendu depuis une semaine à la signature d’un juge, officiellement « en congé », selon Me Shafii.
Un responsable avait affirmé dimanche à l’avocat, qui se rend tous les jours au tribunal, que le juge devait revenir ce mardi.
L’Autorité judiciaire, dominée par la ligne religieuse ultra-conservatrice du régime, avait critiqué mardi l’annonce du président Ahmadinejad en affirmant être seule habilitée à annoncer les décisions judiciaires.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a réaffirmé dimanche que « le pouvoir judiciaire avait l’intention de réduire la peine » des deux Américains, sans évoquer de date pour une éventuelle décision.
Les tensions chroniques entre l’exécutif et le pouvoir judiciaire se sont aggravées ces derniers mois, depuis une vaste offensive politique et judiciaire des ultra-conservateurs contre l’entourage du président Ahmadinejad, notamment son principal conseiller Rahim Esfandiar Machaie accusé de « déviationnisme ».
La libération sous caution, pour raisons de santé, en septembre 2010 de l’Américaine Sarah Shourd, compagne des deux Américains, avait donné lieu au même bras de fer entre le gouvernement, qui l’avait annoncée, et l’appareil judiciaire, qui l’avait ensuite retardée de plusieurs jours en invoquant des questions de procédure.
La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton s’est affirmée confiante, la semaine dernière, sur le fait que la décision annoncée par M. Ahmadinejad finirait par être appliquée.
L’Iran et les Etats-Unis, que Téhéran considère toujours comme « le grand Satan » occidental, n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980.
Le président Ahmadinejad est arrivé lundi soir à New-York où il doit notamment s’adresser mercredi à l’Assemblée générale de l’Onu et donner vendredi une conférence de presse.

 

AFP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires