Israël se chamaille avec l’Union Europeenne sur la colonisation

Israël se chamaille avec l’Union Europeenne sur la colonisation

297
0
PARTAGER

Les ambassadeurs britannique, français, italien et espagnol ont été convoqués au ministère des Affaires étrangères, au lendemain de la convocation d’ambassadeurs israéliens dans ces mêmes pays en réponse à l’annonce il y a une semaine de plans de quelque 1.800 nouveaux logements dans les colonies.
Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman « a ordonné la convocation des ambassadeurs britannique, français, italien et espagnol », a indiqué son porte-parole.
Ils se sont vu signifier que « leur position sans cesse partiale contre Israël et en faveur des Palestiniens était inacceptable » et mettait « en péril les possibilités de parvenir à un accord entre les deux camps », a précisé le porte-parole.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait déjà accusé l’Union européenne (UE) d »’hypocrisie » après la convocation de ses ambassadeurs « à cause de la construction de quelques maisons », lui reprochant de ne pas faire de même pour les « appels à la destruction d’Israël » de la part de personnalités palestiniennes.
« Ce deux poids-deux mesures n’aide pas à la paix, je pense que cela la repousse », a-t-il déclaré jeudi soir lors de ses vœux à la presse étrangère.
Cette passe d’armes avec l’UE se produit alors que la crise avec les Etats-Unis provoquée par la charge du ministre de la Défense Moshé Yaalon contre le secrétaire d’Etat John Kerry risque de laisser des traces, selon les commentateurs israéliens.
Le chef de la diplomatie américaine, « animé par une obsession incompréhensible et une sorte de messianisme, ne peut rien m’apprendre sur le conflit avec les Palestiniens », avait lancé M. Yaalon dans des conversations privées citées par le Yediot Aharonot, des propos dont il s’est excusé mardi soir après une journée d’altercation publique entre les deux pays.

Le plan Kerry ‘se réduit comme peau de chagrin’

Selon le correspondant militaire du Yediot, l’administration américaine a identifié depuis longtemps le ministre de la Défense comme un des obstacles aux efforts de M. Kerry, qui a réussi à relancer les négociations de paix fin juillet pour une durée de neuf mois.
« Si la mission de Kerry échoue, les déclarations de Yaalon serviront de preuve au secrétaire d’Etat qu’Israël ne prenait pas au sérieux le processus de paix et l’a fait dérailler », écrit-il.
L’éditorialiste vedette du journal souligne de son côté que le document que le secrétaire d’Etat américain veut faire approuver par les dirigeants israéliens et palestiniens « se réduit comme peau de chagrin et la date en est repoussée de semaine en semaine ».
Durant sa dernière navette au Proche-Orient, qui s’est achevée le 6 janvier, M. Kerry a présenté aux deux parties un projet d' »accord-cadre » traçant les grandes lignes d’un règlement définitif sur les frontières, la sécurité, le statut de Jérusalem et le sort des réfugiés palestiniens.
Par ailleurs, le comité Al-Qods (Jérusalem, en arabe), présidé par le roi du Maroc et rassemblant une quinzaine de pays musulmans, qui se réunit vendredi et samedi à Marrakech (sud du Maroc) en présence du président palestinien Mahmoud Abbas, adressera un « message fort » contre la colonisation, selon le ministre marocain des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar.
AFP

AFP

 

 

 

Actu-maroc.com ________________

 

Commentaires