Italie : au moins 22 morts dans une collision frontale entre deux...

Italie : au moins 22 morts dans une collision frontale entre deux trains

862
0
PARTAGER

Une quarantaine de personnes ont également été blessées dans cet accident ferroviaire intervenu au nord de Bari, dans le sud de l’Italie, selon le dernier bilan.

Une collision frontale entre deux trains a entraîné la mort d’au moins vingt-deux personnes mardi vers 11h30 dans le sud de l’Italie, dans la région des Pouilles. Plusieurs dizaines de voyageurs ont été blessées dans l’accident, ont indiqué les pompiers locaux. «Le nombre de victimes est de 22 et il y a 43 blessés, dont trois ou quatre dans un état critique», a déclaré sur SkyTG24 Giancarlo Conticchio, commandant de la police ferroviaire de cette région du sud-est de l’Italie. On ignore combien de passagers se trouvaient dans les trains. La circulation a immédiatement été interrompue sur la ligne, a précisé la compagnie ferroviaire régionale Ferrotramviaria.

L’accident s’est produit dans le «talon» de l’Italie, entre les villes de Corato et d’Andria. Deux convois régionaux composés de quatre voitures chacun sont entrés en collision. Ils se trouvaient sur la même ligne ferroviaire mais dans des sens de circulation opposés. Seules quatre des huit voitures sont restées sur les rails, une cinquième a quitté la voie et les trois autres sont comme pulvérisées. «On croirait un accident d’avion», a déclaré le maire de Corato, Massimo Mazzilli. «J’étais en train d’écouter de la musique et à un certain moment je me suis retrouvé par terre. J’ai vu le contrôleur par terre, il ne réussissait pas à bouger», a commenté de son côté un rescapé, interrogé par une chaîne de télévision locale, Telesveva.

Un enfant retrouvé vivant

Des dizaines de véhicules de secours, des ambulances, des forces de l’ordre et des pompiers, sont arrivés sur les lieux de l’accident. «Nous travaillons avec des dizaines de secouristes pour ouvrir les voitures», a déclaré Luca Cari, porte-parole des pompiers. «Les opérations sont compliquées par le fait que l’accident a eu lieu en pleine campagne.» Les autorités ont en parallèle lancé un appel aux donneurs de sang et ont rappelé tous les médecins et infirmières qui se trouvaient au repos, annulant toutes les opérations non urgentes qui étaient planifiées dans les hôpitaux. Les secouristes sont parvenus à extraire un enfant vivant de l’amas de tôle formé par les wagons de tête. Il a immédiatement été héliporté vers un hôpital.

«Quand je suis arrivée sur les lieux j’ai eu envie de vomir. Ce trajet est surtout emprunté par des jeunes, des étudiants de l’université de Bari, il assure la liaison entre les petites villes et l’université», a déclaré sur Rai News 24 Lucia Olivieri, journaliste du site d’informations locales Andria Live. «Une scène effrayante, hallucinante. J’ai vu des personnes mortes, d’autres qui demandaient de l’aide et d’autres qui pleuraient, la scène la plus terrible de ma vie», a également témoigné un policier secouriste sur le site du quotidien La Repubblica.

Les causes de l’accident restent inconnues

Les circonstances du drame ne sont pas claires pour le moment mais le chef du gouvernement Matteo Renzi a promis une enquête. «Nous ne nous arrêterons pas tant que toute la lumière ne sera pas faite. Maintenant c’est le moment des larmes et il faut en premier lieu récupérer les victimes et les blessés», a déclaré Renzi depuis Milan, avant d’annoncer son retour anticipé dans la capitale italienne. Le président de la République, Sergio Mattarella, a quant à lui dénoncé «un accident inadmissible» réclamant d’établir «avec précisions les responsabilités».

Des sources de la société des chemins de fer privée Ferrotramviaria, qui exploite cette liaison, ont affirmé n’avoir aucune explication pour le moment sur les causes de l’accident. La violence du choc a été telle que des débris ont été projetés à plusieurs dizaines de mètres de l’impact, selon des images de la télévision italienne. Le dernier grand accident ferroviaire du pays s’est produit en 2009 à Viareggio, en Toscane. Plus de 30 personnes habitant près de la voie ferrée avaient péri dans un incendie déclenché par le déraillement d’un train de marchandises.

Commentaires