PARTAGER

Un ancien employé d’un centre pour handicapés mentaux, armé de plusieurs couteaux, a tué 19 personnes et en a blessé 25 mardi à l’ouest de Tokyo dans l’une des pires tueries de l’après-guerre au Japon. Un précédent bilan faisait état d’au moins 15 morts.

L’attaque a été perpétrée aux premières heures du matin (vers 2h10 mardi, 19h10, heure de Paris) quand Satoshi Uematsu, 26 ans, a brisé une vitre pour pénétrer dans le bâtiment. Selon la chaîne de télévision NTV, il a ligoté des membres du personnel soignant avant d’oeuvrer à son entreprise macabre. Peu après, il se rendait à la police. « Les handicapés devraient tous disparaître », aurait-il asséné, selon des propos cités par les médias.

« Il portait des couteaux de cuisine et d’autres types de lames tachées de sang », a expliqué Shinya Sakuma, un responsable de la préfecture de Kanagawa, lors d’une conférence de presse.

Les victimes sont neuf hommes et 10 femmes âgés de 18 à 70 ans, ont précisé les pompiers à l’AFP. Les 25 blessés, parmi lesquels 20 sont touchés gravement avec pour certains de « profondes blessures » au cou, selon un médecin, ont dû être transportés dans six hôpitaux différents. « Les patients sont très choqués, ils n’arrivent pas à parler », a expliqué ce docteur sur la chaîne publique NHK.

Le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a déploré un « incident extrêmement tragique et choquant ».

Commentaires