Japon: menace d’accident nucléaire après le séisme meurtrier

Japon: menace d’accident nucléaire après le séisme meurtrier

212
0
PARTAGER

Une explosion a été entendue à la centrale nucléaire de Fukushima N°1 dans le nord-est du pays et un nuage blanc s’élevait au-dessus du site, a rapporté samedi l’agence Jiji.

 

Plusieurs employés ont été blessés dans l’explosion, a indiqué la télévision publique NHK.
Selon la chaîne, citant des sources ministérielles, l’explosion s’est produite samedi aux environs de 16H00 (07H00 GMT) pour une raison encore inconnue.

Mais un expert nucléaire qui s’exprimait sur NHK a affirmé qu’il pourrait s’agir d’une explosion « intentionnelle ».

D’après Tokyo Electric Power (Tepco), l’opérateur de la centrale, l’explosion s’est produite après une secousse et le toit et les murs se sont effondrés, a rapporté la NHK.

Au lendemain du séisme et du tsunami qui lui a succédé, une opération de secours massive était en cours pour acheminer quelque 50.000 soldats et sauveteurs, avec 190 avions et des dizaines de navires dans les zones sinistrées de la façade Pacifique.

Les autorités s’activent autour du réacteur N°1 de la centrale nucléaire Fukushima N°1, victime d’une série de problèmes depuis que le puissant séisme et ses répliques à répétition ont perturbé ses circuits de refroidissement.

Des problèmes de température sont apparus et l’armée de l’air américaine a délivré du liquide de refroidissement sur place pendant la nuit.

Pour autant, un niveau de radioactivité mille fois supérieur à la normale a été détecté dans la matinée dans la salle de contrôle du réacteur et le Premier ministre Naoto Kan a ordonné l’évacuation de 45.000 personnes dans un rayon de 10 kilomètres autour de la centrale.

L’Agence de sécurité nucléaire et industrielle a indiqué qu’une fusion pourrait être en cours dans le réacteur, situé à 250 kilomètres au nord de la mégapole de Tokyo.

Du césium radioactif a en effet été détecté aux alentours de cette centrale, ce qui atteste généralement qu’un tel phénomène est en train de se produire, selon un expert.

La compagnie d’électricité gérant l’installation, Tokyo Electric Power (Tepco), a reçu pour instruction d’ouvrir les valves du réacteur pour relâcher de la vapeur radioactive et faire retomber la pression interne, anormalement élevée. Cette opération semble avoir une relative efficacité, selon l’Agence.

Une autre centrale nucléaire de la région, Fukushima N°2, connaissait aussi des problèmes de refroidissement sur quatre de ses réacteurs et Tepco a pris des mesures de prévention similaires.
La population a aussi été appelée à évacuer la zone de cette centrale, située à une douzaine de kilomètres de Fukushima N°1.

Dès l’aube, les Japonais ont découvert sur les écrans de télévision un spectacle de désolation.
Des villes entières ont été entièrement submergées par les eaux au passage du tsunami. Des voitures ont été projetées contre la façade des maisons, et même sur les toits, par la force des vagues déferlantes venues de l’océan Pacifique, qui ont pénétré parfois jusqu’à cinq kilomètres à l’intérieur des terres.

Des survivants ont trouvé refuge sur les toits des immeubles et attendaient les secours, certains agitant un drapeau au passage des hélicoptères.
Ailleurs, des bateaux gisaient la coque en l’air, au côté de véhicules enlisés dans un lac de boue où se reflétaient les premiers rayons du soleil.
Sur un quai du port de Hitachi (préfecture d’Ibaraki), plusieurs centaines de voitures étaient en feu, et une partie d’un pont a cédé, entraînant dans sa chute au moins une voiture, selon les médias.
Selon l’agence Kyodo, plus de 3.400 habitations ont été détruites.
Le bilan provisoire établi par la police fait état de près de 1.500 morts et disparus.
Entre 200 et 300 cadavres ont été découverts sur une plage de Sendai (nord-est, préfecture de Miyagi) après le passage d’une vague de plus de 10 mètres, mais selon l’agence Jiji, la police n’a pas pu encore s’en approcher car la zone est inondée.
Dans la préfecture de Miyagi, un bateau emporté par le tsunami a pu être localisé et ses 81 passagers ont été secourus par hélicoptères.
Les passagers de deux trains portés disparus depuis la veille dans les préfectures voisines de Miyagi et Iwate ont également été retrouvés sains et saufs, selon l’agence Jiji.
Au moins 5,6 millions de foyers restaient privés d’électricité et la compagnie Tepco a averti d’un risque d’interruption de l’alimentation électrique dans la capitale et alentours. Un million de foyers restaient par ailleurs privés d’eau potable.
Le Premier ministre Naoto Kan, de retour d’une visite sur les lieux, a déclaré que la journée de samedi était « cruciale » pour retrouver des survivants, selon l’agence Kyodo.
Les Forces d’autodéfense (FAD, nom officiel de l’armée nippone) étaient mobilisées pour organiser les secours, en réquisitionnant tous les moyens nécessaires.
L’armée américaine a été appelée à l’aide pour transporter par air des soldats et des véhicules, et des navires de la 7e Flotte devaient participer aux opérations de recherches et de secours en mer, au côté de la marine nippone.
Le séisme, d’une magnitude de 8,9, s’est produit vendredi à 14H46 heure locale (05H46 GMT) à 24,4 kilomètres de profondeur et à une centaine de kilomètres au large de la préfecture de Miyagi.
Selon l’Agence météorologique nippone, il s’agit du plus violent séisme jamais enregistré au Japon.

 

AFP_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

Commentaires