JEUNES & PARTIS POLITIQUES: LE GRAND MALENTENDU

JEUNES & PARTIS POLITIQUES: LE GRAND MALENTENDU

320
0
PARTAGER

Deux éléments semblent plaider pour l’accentuation de cette incompréhension entre les jeunes et les partis politiques. Il y a en premier lieu leur scepticisme affiché devant la révision de la constitution ainsi que les slogans hostiles aux formations politiques entendus ici et là lors des manifestations qui ont justement donné leurs signaux de rejet de toute adhésion et de mobilisation au sein de celles-ci. L’autre signe révélateur à plus d’un titre pourrait être cette décision de prolonger la date d’inscription sur les registres électoraux ce qui laisse croire que les nouveaux votants, donc les jeunes majoritairement, ne seront pas de la partie, encore une fois, ouvrant la voie à des taux d’abstention lors des consultations.

Cette désaffection du champs politique n’a rien de nouveau et ne fait que confirmer cet entêtement des jeunes à voir dans les partis, des institutions sclérosées et hermétiques dont la seule justification est d’encourager le clientélisme et de favoriser l’émergence d’un système de castes, loin des réelles préoccupations des citoyens auxquels ils ne pensent que lors des élections. La critique va plus loin pour souligner que les mouvements de jeunesse au sein des partis ne sont qu’un alibi et des coquilles vides, jamais consultés, encore moins impliqués dans les grandes décisions des partis. Cette vision des choses sera illustrée par les divisions au sein des instances dirigeantes de plusieurs partis pour savoir quelle suite accorder aux mouvements du 20 février et comment  intégrer à défaut leurs jeunesses au sein du mouvement afin de le noyauter ou du moins ne pas paraître dépassés par les événements.

Du côté des formations politiques, rien n’est fait ou presque pour amoindrir le malentendu, les jeunes étant toujours peu matures pour l’action politique et incapables de constituer une force de propositions car peu formés à la réflexion et à l’action militante et manquant de référentiels au dessus de tout. Eternel débat s’il en est car ce sont les partis justement qui ne mènent pas justement ce travail de formation des futures élites politiques leur préférant un travail de modelage des militants plus âgés et moins rétifs à la contestation au contraire des jeunes plus prompts à remettre en cause les fondements de l’action des partis et leurs orientations.

 

Ces différences d’appréciation de part et d’autre continuent de peser sur le comportement des jeunes citoyens et électeurs potentiels et sur leur appréciation de la chose politique. La question de savoir si le climat actuel de revendications et les expressions qui le caractérisent, ne vont pas éloigner définitivement les jeunes des urnes. 

Jali Nouri pour actu-maroc.com  _________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires