L’USFP AU CREUX DE LA VAGUE

L’USFP AU CREUX DE LA VAGUE

225
0
PARTAGER

La course au poste de premier secrétaire du parti après le départ attendu de Abdelouahad Radi a aiguisé les appétits des prétendants à la succession, au nombre de trois actuellement, qui affûtent leurs armes en prévision d’une guerre sans merci.

 

La décision récente du parti de procéder à cette élection lors d’un scrutin à deux tours a déjà mis le feu aux poudres et provoqué l’ire de l’un des de ces candidats, Driss Lachgar , en l’occurrence, un ancien ministre, connu pour son populisme et son verbe haut facilité en vertu d’une longue expérience en tant qu’avocat au barreau de Rabat sous la tutelle d’un autre pilier du parti, Mohammed Lyazghi qui a déserté la scène politique après en avoir goûté tous les avantages. Les trois candidats en course se partagent les mêmes chances de l’emporter et le congrès du 14,15 et 16 décembre prochain promet d’être agité.

Au delà de l’élection de son leader, l’USFP devra tirer les leçons de ses différents échecs et de sa perte de terrain après son expérience gouvernementale dans le cadre de l’alternance consensuelle qui a provoqué la dispersion de ses bases anciennes, ne reconnaissant plus les positions et idées défendues par la nomenklatura socialiste discréditée par ses concessions après avoir jeté ses convictions aux oubliettes. De plus, la direction du parti s’est évertué tout le long de ces dernières années à étouffer dans l’œuf toute tentative de contestation et d’émergence d’un courant réformiste qui aurait pu lui donner un nouveau souffle, vital pour sa survie et sa prédominance sur la scène politique. La gestion clanique du parti , partagée par bon nombre de formations politiques marocaines , sinon la plupart, a pesé lourdement sur le cours de l’histoire du parti de la rose , devenu l’ombre de lui–même au fil des ans. Les bases, dans un dernier souffle de combativité et de conviction, attendent désormais une réaction salvatrice de la part des dirigeants qui seront élus le mois prochain afin de procéder à une refondation du parti socialiste afin qu’il puisse regagner de sa force et de son prestige d’antan.

Autant dire d’ores et déjà que les débats préparatoires et les plate-formes qui seront présentées au congrès donneront la couleur des orientations futures qui seront prises, bien que les militants de ce parti historique ou de ce qui l’en reste ne croit pas beaucoup à une renaissance de leur formation à même de contrer la montée en flèche des islamistes du PJD.

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com ________________________

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires