Journée d’étude à Rabat : L’initiative législative citoyenne en question

Journée d’étude à Rabat : L’initiative législative citoyenne en question

346
0
PARTAGER

Cette rencontre s’inscrit dans le sillage des journées d’étude organisées par ce groupe en vue de mettre en œuvre les dispositions de la nouvelle Constitution et de faciliter et promouvoir la participation démocratique des citoyens à travers les Associations de la société civile afin de consolider les mécanismes de la démocratie participative.

S’exprimant à cette occasion, le président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, a indiqué que la tenue de cette journée d’étude intervient dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle Constitution, qui, a-t-il rappelé, stipule que la compréhension, l’appropriation et la connaissance profonde des textes réglementaires prévus par la Loi fondamentale n’est pas l’apanage du seul pouvoir exécutif.

Après avoir souligné que le Maroc a érigé la pratique démocratique au rang des constantes nationales et œuvré pour la consolidation des garanties dans le domaine des droits de l’Homme, conformément aux normes internationales, il a noté que la citoyenneté et le citoyen demeurent la pierre angulaire de l’édification de tout Etat et de son développement.

Pour Biadillah, l’évolution de l’expérience politique et constitutionnelle au Maroc se base sur des principes essentiels fondés notamment sur la thématique des droits et des libertés et la consécration du processus de la justice transitionnelle, ainsi que la constitutionnalisation des recommandations de l’Instance Equité et Réconciliation pour que les violations passées des droits de l’Homme ne se reproduisent plus.

Ces fondements, a-t-il ajouté, placent la Constitution marocaine au cœur de la dynamique des droits de l’Homme que connaît le Royaume et qui s’est renforcée, notamment après le discours royal du 9 mars, faisant remarquer que la nouvelle Constitution a érigé la société civile au rang de partenaire.

De son côté, le ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, Lahbib Choubani, a indiqué que l’organisation de cette rencontre s’inscrit dans le droit fil de la mise en œuvre de la nouvelle Constitution qui a été approuvée par le peuple marocain, estimant que la société civile représente désormais, à la lumière de cette nouvelle Loi fondamentale, le «cinquième pouvoir». Et de souligner que le gouvernement œuvre pour conférer à la société civile la place qui lui échoit dans le cadre de la nouvelle Constitution.

Pour sa part, Lahbib Kamal, du Forum Alternatives du Maroc, a mis l’accent sur le rôle important du tissu associatif et son apport à l’élaboration de la nouvelle Constitution, soulignant la nécessité de consacrer la constitutionnalisation de la démocratie participative en tant qu’outil pour la concrétisation de la bonne gouvernance.

Le programme de cette journée d’étude a été marqué par la présentation d’une série d’exposés sur la nouvelle Constitution et la démocratie participative et une lecture dans les expériences internationales sur la pétition et l’initiative législative, outre la présentation des conclusions et des propositions du tissu associatif.

MAP _____________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires