PARTAGER

Stupeur, incompréhension et consternation! L’opinion publique marocaine toute entière ainsi que plusieurs associations de solidarité féminine ne cessent d’exprimer leur étonnement devant le verdict prononcé par un tribunal de Marrakech dans l’affaire d’une femme enseignante qui a conclu un double mariage en la condamnant à 7 mois de prison. Le rapprochement a été fait aussitôt avec celui pronnoncé par la même justice à Rabat, à l’encontre de la femme d’affaires Hind Al Achchabi qui, elle, a écopé d’une lourde peine de 3 années ferme en première instance et réduite à deux ans en appel.

Il est curieux en effet de constater que la justice a eu recours au principe du deux poids deux mesures dans deux procés presque similaires, en ayant eu la main très lourde dans le cas de cette dernière. Ceci, d’autant plus que dans le deuxième cas, le délit de falsification de documents officiels n’a pas été clairement établi ni prouvé du fait que Hind Al Achchabi n’a jamais été légalement unie à deux hommes au même temps. Le premier d’entre eux, un diplomate kowétien, n’ayant pas admis leur séparation et par soif de vengeance a usé de tous ses moyens et ses réseaux d’influence y compris la presse à scandale pour faire admettre que son ancienne épouse avait commis un adultère bien qu’ils soient déjà séparés, le divorce ayant été prononcé selon les propres déclarations de l’accusée.

Du reste, ces quelques titres de la presse nationale qui ont abondamment traité cette affaire sans assister au procès ont contribué de manière négative à en changer le cours en touchant au principe sacro-saint de l’indépendance de la justice. Une justice qui montre à travers ces deux affaires, le procès de l’institutrice de Marrakech mariée à deux hommes au même temps et celui de la femme d’affaire, Hind Al Achachabi à Rabat, qu’elle peut avoir deux appréciations et deux jugements différents dans deux dossiers de même nature, quasiment identiques.

La question qui se pose dès lors avec aquité est de savoir si le fait que Hind Al Achchabi soit une femme connue n’a pas pesé dans le verdict auquel cas il reste toujours l’espoir chez cette dernière de voir le verdict ramené en cassation à sa plus juste proportion. Ceci, d’autant plus que cette dernière venait tout juste d’accoucher de son troisième enfant au moment de son arrestation et qu’elle en a été privée depuis.

Commentaires