PARTAGER

Ici c’est Kénitra!
C’est incontestablement la bonne surprise de ce début de saison: le KAC en a étonné plus d’un en réussissant des prestations de haute facture qui lui ont permis de battre et d’éliminer le WAC , puis de dominer le FUS à Rabat , ne s’ inclinant que par malchance durant la loterie des tirs aux buts. La bande à Samir Yaich semble très prometteuse et nous leur souhaitons que les belles
promesses entrevues en ce début de saison ne s’ évaporent pas en cours de route comme de coutume à Kénitra.
Handicapés par l’indisponibilité de leur terrain et donc obligés de voyager vers Salé où ils reçoivent désormais, et très peu favorisés sur le plan des moyens financiers , les Kenitreens se débrouillent avec les moyens du bord et se battent pour rivaliser avec des équipes plus nanties et favorisées sur tous les plans. Jusque là , cela leur a réussi car la magie du football c’est qu’il se joue sur le terrain avec les tripes et la rigueur tactique.
Ils ont raté de très très peu une place en demi finale de la coupe du trône face au FUS, détenteur du titre qui était favori , et surtout à cause d’un arbitrage qui leur était franchement défavorable et qui a contribué à leur voler une qualification plus que méritée.
Dans la géopolitique de notre football, le KAC fait partie de ces équipes défavorisées par rapport aux ressources financières et l’arbitrage, mais les représentants de la capitale du Gharb se démènent comme de beaux diables munis de l’amour de leurs couleurs et armés de l’insouciance de leurs jeunes joueurs.
Des talents à l’état pur que le KAC sera condamné à vendre aux riches de la Botola pro , subissant l’ infernale loi du marché qui est sans merci pour les petits.
Croyez-moi, vu la parfaite organisation tactique et defensive mise en place par Samir Yaich et l’excellente discipline collective de ses joueurs , le jour où le Kac pourra garder assez longtemps ses meilleurs joueurs il faudra beaucoup plus que l’arbitrage pour en venir à bout!
Bonne continuation et beaucoup de courage les gars!

Par Hafid Fassi Fihri

Commentaires