Kadhafi quittera le pouvoir, assure Obama, sans exclure d’armer l’opposition

Kadhafi quittera le pouvoir, assure Obama, sans exclure d’armer l’opposition

189
0
PARTAGER

L’opération militaire lancée contre le régime libyen par la coalition internationale à laquelle les Etats-Unis ont prêté leur puissance de feu « a remis Kadhafi sur la défensive », a déclaré le président des Etats-Unis dans un entretien à la télévision NBC.
« Outre l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne, la protection des populations civiles, nous avons aussi à notre disposition des outils politiques, diplomatiques, des sanctions, le gel de ses avoirs, autant d’éléments qui vont continuer à étrangler » le régime de M. Kadhafi, a affirmé le président.
« Et donc, grâce à ces fortes pressions, pas seulement militaires (…), nous nous attendons à ce que Kadhafi quitte en fin de compte le pouvoir », a indiqué M. Obama.

 

Le dirigeant américain a par ailleurs affirmé qu’il n’excluait pas de voir les Etats-Unis fournir des armes à l’opposition libyenne mais souligné qu’une évaluation du rapport de forces entre les rebelles et le régime de Kadhafi était en cours.
Interrogé sur des livraisons d’armes, M. Obama a répondu: « je ne l’exclus pas. Mais je ne dis pas non plus que cela va se faire ».
« Nous sommes toujours en train d’évaluer ce que les forces de Kadhafi vont faire. Cela fait neuf jours maintenant » que les opérations militaires en Libye ont commencé, a aussi remarqué le président, en estimant que si ces forces étaient suffisament affaiblies, armer les rebelles ne serait peut-être pas nécessaire.
« Mais nous n’excluons rien à l’heure actuelle », a insisté M. Obama, qui a accordé mardi des entretiens à trois chaînes américaines (NBC, CBS et ABC) au lendemain d’une allocution solennelle consacrée à la Libye, lors de laquelle il avait justifié sa décision d’intervenir dans ce pays en affirmant qu’elle avait « empêché un massacre ».
Il avait toutefois mis en garde contre une intervention directe en Libye pour renverser le régime Kadhafi et rappelé l' »erreur » coûteuse en vies et en crédits budgétaires qu’avait selon lui constitué l’invasion de l’Irak en 2003 pour déloger Saddam Hussein du pouvoir.

Sur ABC, le président a remarqué que l’entourage de Kadhafi, vu la pression actuelle sur le régime, pourrait lâcher le dirigeant. « Ce à quoi nous assistons, c’est que le cercle des proches de Kadhafi comprend que le noeud se resserre, que leurs jours sont probablement comptés et qu’ils vont devoir réfléchir à ce qu’ils vont faire d’ici peu », a-t-il dit.

Sur la question de l’opposition, et en particulier la possibilité de voir des éléments hostiles aux intérêts américains s’y infiltrer, M. Obama a assuré que ses dirigeants ayant rencontré des responsables américains, dont la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, avaient été déclarés fiables, mais que les motivations et les objectifs de certains groupes pouvaient rester flous.
« C’est la raison pour laquelle je pense qu’il est important pour nous de ne pas nous jeter à l’eau sans réfléchir. Il faut prendre en considération avec prudence quels sont les objectifs de l’opposition », a déclaré M. Obama sur CBS.

Plus tôt mardi à New York, où il inaugurait le nouveau bâtiment de la mission américaine aux Nations unies, M. Obama s’est félicité de la coopération et de la célérité de la communauté internationale dans le dossier libyen.
« Aujourd’hui, en Libye, nous montrons ce qui est possible lorsque nous trouvons le courage, lorsque nous remplissons nos obligations, lorsque nous sommes unis », a-t-il dit.

AFP_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires