Kénitra accueille une grande délégation de ses anciens résidents

Kénitra accueille une grande délégation de ses anciens résidents

210
0
PARTAGER

 

La rencontre a eu lieu dans la grande salle de réunion de la municipalité que beaucoup des hôtes ont reconnue avec nostalgie.

Certains se rappellent même, avec une grande émotion, y avoir célébré leur mariage, comme Frédéric Aragon, né à Kénitra en 1927, et sa femme Janine Thomas qui y avaient scellé leur union en 1953.

M. Rebbah n’a pas manqué d’exprimer tout le plaisir de rafraîchir « cette mémoire commune et partager les souvenirs » avec les anciens résidents de la ville et a souhaité « donner plus de sens » à cette visite en identifiant quelques projets socioculturels et économiques susceptibles de raffermir leur attachement à leur ancienne cité.

Il a exposé les atouts de la ville et souhaité voir ses hôtes contribuer, à travers des partenariats, aux grands projets structurants de la ville qui, dit-il, est à la recherche d’une vocation pour lui permettre d’occuper la place qu’elle mérite parmi les grandes cités marocaines.

« Nous avons vécu dans la ville alors qu’elle n’était qu’à un seul étage et la population ne dépassait guère 35 mille personnes. Aujourd’hui elle prend de plus en plus de l’ampleur », a rétorqué M. Aubert Henri, président de l’Amicale des anciens habitants de Kénitra, dont le siège se trouve à Pau, en France.

M. Aubert s’est particulièrement dit très reconnaissant du soin avec lequel a été entretenu le cimetière chrétien de la ville. « Kénitra, a-t-il dit, est notre ville et nous nous y sentons des citoyens à part entière ».

La salle a, par la suite, suivi avec beaucoup de concentration un exposé du coordinateur de l’amicale, M. El Madani El Maati, sur l’histoire de la ville et de son port, illustrée d’anciennes photos dont certaines inédites notamment celles de l’hydravion Latécoère 300, du légendaire aviateur de l’aéropostale française Jean Mermoz, amerrissant à Kénitra juste avant de disparaître au-dessus de l’Atlantique le 7 décembre 1936.

M. El Madani a également rappelé les efforts déployés pour la préservation et la restauration des sites historiques de la ville et souligné la parution, dans le bulletin officiel de septembre 2006, de 19 bâtiments enregistrés patrimoine de la ville, parmi lesquels l’hôtel Maâmora, le cinéma Palace, l’institut français Honoré de Balzac, qui avait abrité le 1er régiment des tirailleurs marocains (1930-1932), le lycée Abdel Malek Essaâdi, l’école du port, rebaptisée Jamal Eddine Al Afghani, où le président de l’Amicale M. Aubert Henri avait côtoyé l’actuel chef du gouvernement M. Abbas El Fassi.

Le programme du séjour de la délégation prévoit des visites à la station balnéaire de Moulay Bousselham, à la Kasbah de Mehdia et à des expositions de toiles de peinture d’artistes locaux, de photos et de cartes postales anciennes de la ville.

Les hôtes de la ville visiteront aussi des associations caritatives de la ville et un centre socio-sportif de proximité et participeront à une rencontre sur la ville de Kénitra, son plan communal de développement, son port, son musée et la zone franche en construction.

Cette visite, qui se poursuivra jusqu’au 17 septembre, est la deuxième du genre. En 2005, plus de 150 familles nées ou ayant vécu à Kénitra, avaient visité la ville dans la perspective de renouer les liens d’amitié avec les anciennes familles qui y habitent encore.

 

 

map_________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires