PARTAGER

La Fédération de football du Koweït (KFA) a annoncé mercredi que la police avait mené des perquisitions dans ses locaux la veille, une information démentie par un responsable de la police.

Le Comité international olympique (CIO) et la Fifa ont suspendu en octobre dernier le Koweït en raison de ce que les deux organisations sportives internationales ont qualifié d’ingérence gouvernementale dans les instances sportives locales.

Mardi une source interne au CIO avait indiqué que le Koweït, qui réclamait un milliard de dollars de compensations au CIO pour sa suspension, privant ses sportifs des jeux Olympiques de Rio (5-21 août), a été débouté par la justice suisse.

La KFA publie sur son site une photo montrant des policiers dans ses locaux et l’accompagne par une légende affirmant qu' »après avoir perdu plusieurs affaires en justice (…) voilà la police et autres parties gouvernementales au siège de la KFA. Leur prochaine destination est le siège du Comité olympique ».

Dans des propos publiés sur les réseaux sociaux, un responsable de la police a pour sa part assuré que les informations « faisant état de la présence de policiers et autres (…) au siège de la fédération de football sont fausses ».

« Une photo a été partagée sur les réseaux sociaux montrant une délégation gouvernementale enquêtant sur des atteintes aux biens de l’Etat, et elle s’est déjà rendue sur d’autres sites (pour les mêmes raisons), notamment les clubs sportifs », a-t-il ajouté.

Outre le CIO et la Fifa, seize autres fédérations internationales ont également suspendu le Koweït.

Des responsables koweïtiens ont déclaré que la suspension du pays, et l’exclusion de ses athlètes des Jeux de Rio qui en découle, étaient injustes et entraîneraient des pertes financières massives.

C’est la troisième fois depuis 2007 que le CIO et la Fifa décident de suspendre la Koweït pour ingérence gouvernementale présumée.

En janvier, le gouvernement koweïtien avait par ailleurs déposé plainte devant un tribunal local, demandant des compensations de 1,3 milliard de dollars (1,15 milliard d’euros) à quinze dirigeants du sport koweïtien, soupçonnés d’avoir cherché à ce que le pays soit suspendu par les instances sportives internationales.

Commentaires