« De Rome à la Maurétanie tingitane », Colloque Hommages à la...

« De Rome à la Maurétanie tingitane », Colloque Hommages à la mémoire de Maurice Lenoir.

441
0
PARTAGER

Cette manifestation qui a été tenue en collaboration avec l’équipe mixte de recherche Archéologies d’Orient et d’Occident CNRS-ENS Paris Ulm, l’Ecole Normale Supérieure, l’Ecole française de Rome et l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, et avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Maroc ; se veut un hommage à Maurice Lenoir (1946-2010) qui a œuvré pendant 35 ans à la coopération franco-marocaine.

Maurice Lenoir, brillant chercheur français et éminent archéologue habitué des chantiers de fouille au Maroc, est agrégé de lettres classiques, diplômé de l’Ecole pratique des Hautes Etudes et Docteur d’Etat en Histoire et archéologie. Il a notamment été coopérant auprès du Service de l’archéologie du Maroc à Volubilis et Rabat de 1978 à 1985, et a également fait partie, en tant que co-directeur, de la mission archéologique franco-marocaine de Dchar Jdid-Zilil au Maroc de 1977 à 2002.
Ces deux journées de débat, auxquelles ont pris part des chercheurs de plusieurs pays, ont été l’occasion de dresser un bilan des travaux archéologiques réalisés en collaboration avec les chercheurs marocains et les institutions marocaines.

D’après un communiqué des organisateurs, une équipe formée à la demande des autorités marocaines et dirigée par Madame Naïma El Khatib Boujibar et Maurice Lenoir, alors membre de l’Ecole française de Rome, a été chargée, en 1976, d’expertiser le site de Dchar Jdid, afin de promouvoir par la reprise des fouilles l’archéologie préislamique au Maroc.

Cette coopération s’est intensifiée par l’arrivée en 1978 de Maurice et Eliane Lenoir, détachés de l’Education Nationale auprès du Ministère français des Affaires Etrangères et mis à disposition du Ministère de la Culture du Maroc. Après trois années passées, sur le site de Volubilis, à travailler à la gestion du matériel archéologique et de la documentation des fouilles antérieures, à la révision du corpus des inscriptions, ainsi qu’à l’élaboration d’un programme de recherches, et à l’animation de divers séminaires concernant l’histoire, l’archéologie et la conservation du patrimoine culturel marocain, c’est au Service de l’Archéologie, installé au Musée archéologique de Rabat et dirigé par Madame Joudia Hassar Benslimane, que Maurice Lenoir a été chargé, outre plusieurs programmes de fouille et d’étude, de l’édition du Bulletin d’Archéologie marocaine, de la gestion de la bibliothèque et, avec toute l’équipe du Musée, de la refonte des collections en vue d’une présentation au public.

Ce développement de la collaboration entre chercheurs français et marocains aboutira à la création de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine en 1985, date à laquelle Maurice Lenoir rejoindra l’Ecole française de Rome en tant que Directeur des études pour l’Antiquité, et mènera à bien une thèse d’état commencée durant son séjour au Maroc et consacrée au camp romain (sous presse à l’EFR). En 1995, Maurice Lenoir est nommé Directeur de recherches au CNRS et est affecté à l’UMR 8546, équipe aux activités de laquelle il collaborait depuis son entrée comme élève de l’ENS (L 1968).

De 1976 à 1997, l’un des objectifs assignés à la mission archéologique de Dchar Jdid a été la formation des archéologues marocains aux techniques de la recherche archéologique : fouille stratigraphique, relevés de terrain, informatisation et gestion des données de la fouille, céramologie, étude et restauration du mobilier, prospections géophysique et archéologique. Elle a ainsi accueilli plus de quarante stagiaires, étudiants de troisième cycle au Maroc ou en France et, depuis la création de l’INSAP, les étudiants de l’Institut ; bon nombre ont assuré la direction de travaux de fouille et participent à leur publication.

Cette manifestation, ajoute le communiqué, est un témoignage de la communauté scientifique à un chercheur qui a œuvré, pendant trente-cinq ans, à la coopération franco-marocaine. Plusieurs dossiers sur le site de Zililet son territoire sont en cours d’étude et un projet de musée avait été préparé. Ces journées sont l’occasion de dresser un bilan des travaux archéologiques réalisés en collaboration avec les chercheurs marocains et les institutions marocaines.

Annoter que Maurice Lenoir, brillant chercheur français et éminent archéologue habitué des chantiers de fouille au Maroc, est agrégé de lettres classiques, diplômé de l’Ecole pratique des Hautes Etudes et Docteur d’Etat en Histoire et archéologie. Il a notamment été coopérant auprès du Service de l’archéologie du Maroc à Volubilis et Rabat de 1978 à 1985, et a également fait partie, en tant que co-directeur, de la mission archéologique franco-marocaine de Dchar Jdid-Zilil au Maroc de 1977 à 2002.

Abdelali Najah

 

Commentaires