PARTAGER

Au moment où les consommateurs s’interrogent pour savoir si leur campagne de boycott de certains produits doit se poursuivre après le ramadan sans avoir de réponses sur les réseaux sociaux où tout a démarré, nombreuses sont les analyses de spécialistes à se conclure sur le même constat: ce mouvement a été un coup d’épée dans longtemps et la donne n’a pas avancé d’un iota.

En Effet, les habitudes des consommateurs observées dans les grandes surfaces et les commerces de proximité montrent un retour à la normale comme si la page avait été définitivement tournée. Bon nombre de consommateurs se sont résignés pour admettre que ce boycott était destiné à donner une leçon au entreprises concernées et au gouvernement pour les inciter à ne plus considérer les citoyens comme passifs et sans jugement. Si les résultats financiers de ces entreprises se sont fait ressentir, ils ne les auront pas poussé pour autant à revoir leurs prix à la baisse pour se réconcilier avec les consommateurs et montrer leur disposition à dialoguer dans le cadre d’émissions tv ou sur les réseaux sociaux. De quoi laisser la cicatrice de ce boycott ouverte tant que le gouvernement, dépassé par cette crise, n’aura pas décidé des mesures adéquates. tant que ces deux conditions n’auront pas été satisfaites, les risques d’un boycott plus important continueront de planer.

 

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires