LA CHAINE TÉLÉ  » MEDI 1 TV  » MENACÉE DE FERMETURE PAR...

LA CHAINE TÉLÉ  » MEDI 1 TV  » MENACÉE DE FERMETURE PAR SON PERSONNEL.

796
0
PARTAGER

Depuis son arrivée, après le départ du fondateur français Pierre Casalta, ce support installé à Tanger dans la zone franche, disposant donc de beaucoup d’avantages, souffre d’un déficit chronique qui ne s’est pas arrangé au fil des ans avec l’absence de ressources publicitaires. Maintenue artificiellement en vie par différents apports d’établissements publics, la chaîne a cru bon de changer de positionnement en devenant généraliste après l’échec de la mission qui lui a été assignée au départ, elle est finalement tombée dans l’escarcelle d’investisseurs Emiratis à hauteur de 70 % du capital, l’état, soucieux de s’en débarrasser, ayant largement facilité ce changement dans le tour de table.

Cette arrivée de nouveaux actionnaires à laquelle les employés n’ont pas été consultés, le directeur général a voulu la célébrer en octroyant des primes, mais de manière inégale, insignifiantes pour les journalistes nationaux mais copieuses pour leurs homologues étrangers et des cadres privilégiés réputés proches de celui-ci. Déjà la cible de nombreuses accusation d’abus de biens sociaux, de dilapidation, de favoritisme au profit de maisons de productions et d’absence du siège tangérois de la chaîne, son directeur général a fait déborder le vase en insultant le personnel au cours d’une réunion invitant les « têtes brûlées » à quitter l’entreprise.En guise de réponse, il s’est retrouvée face à des sit-in, des menaces de grève illimitée et la saisine de la commission du parlement chargée de l’information et la communication. De plus, les protestataires imputent l’échec de la chaîne dont l’audience est au plus bas avec 3,2% au niveau national ainsi que l’assèchement des ressources publicitaires au manque de professionnalisme du directeur général en espérant que le coup de grâce viendra du ministre de la communication qui prévoit de généraliser à cette chaîne l’interdiction de la publicité pour les jeux de hasard dont c’est la principale source de revenus actuellement.

Bien remonté contre le premier responsable de l’entreprise et surtout bien déterminé à lui faire payer son caractère hautain et sa manière discutable de gérer cette entreprise chancelante, le personnel a menacé de s’immoler collectivement devant le siège en promettant de la coulée en mettant fin , par leurs moyens, à cette expérience télévisuelle, qui a souffert de nombreux défauts d’origine depuis son lancement.

Jalil Nouri

Actu-maroc.com ________________________________________________________

Commentaires