La Chambre des représentants appelle à une réévaluation globale des relations maroco-espagnoles

La Chambre des représentants appelle à une réévaluation globale des relations maroco-espagnoles

287
0
PARTAGER

Dans un communiqué publié à l’issue d’une session plénière consacrée à l’examen de la position de la Chambre des députés espagnole relative à l’intégrité territoriale du Royaume, la Chambre des représentants « appelle instamment le gouvernement à procéder, dans les plus brefs délais, à une révision et à une réévaluation globale des relations maroco-espagnoles, et avec l’ensemble des institutions à tous les niveaux politique, économique, sécuritaire, social et culturel ».

Après examen du contenu de la motion, adoptée par la Chambre des députés espagnole, la Chambre des représentants relève que « cette motion est partiale et hostile à l’égard du Royaume du Maroc dans ses droits souverains et historiques légitimes sur ses provinces du Sud récupérées et s’oppose fondamentalement aux intérêts supérieurs de la nation marocaine, tout comme elle porte atteinte gravement à notre cause nationale et aux sentiments de l’ensemble des composantes du peuple marocain, tels qu’exprimés lors de la marche de Casablanca ».

Cette motion, ajoute le communiqué, « ne s’est pas contentée de demander au gouvernement espagnol de renforcer les relations avec le +polisario+ , mais est allée jusqu’à le considérer comme le représentant légitime des populations sahraouies. De la sorte, cette motion constitue un acte inacceptable aux plans juridique, politique et historique à l’endroit du peuple marocain, et une incitation à une orientation séparatiste dont les dangers ne peuvent être occultés sur la sécurité et la stabilité de la région ».

Elle représente ainsi « un acte de mépris inacceptable à l’endroit de l’ensemble des Sahraouis et de leurs représentants dans les différentes instances constitutionnelles élues, y compris le Parlement et les collectivités territoriales ».

« Cette motion fait, en outre, sienne les thèses des adversaires de manière aveugle et sans discernement, tant en ce qui concerne leurs allégations au sujet des droits de l’Homme et leurs tentatives d’instrumentaliser cette question pour entraver le processus politique et pervertir la mission de la « Minurso », que pour la présentation d’interprétations unilatérales basées sur de simples rumeurs tendancieuses qui font totalement fi des données objectives concernant le démantèlement du campement de Gdim Izik et des circonstances véritables ayant entouré les événements de Laâyoune, au sujet desquels des milieux politiques et des médias en Espagne ont tissé des affabulations, d’ailleurs démenties par les rapports de plusieurs Organisations des droits de l’Homme jouissant de crédibilité à l’échelle internationale ».

La Chambre des représentants relève également que « cette motion fait entièrement l’impasse sur les efforts déployés par le Maroc et son action inlassable pour trouver une solution de compromis à travers la proposition d’autonomie, et pêche par une contradiction flagrante en affirmant le soutien aux efforts onusiens pour trouver une solution d’une part, et en déclinant, en même temps, des lectures contredisant le libellé des résolutions du Conseil de sécurité et de l’assemblée générale de l’ONU, d’autre part ».

« Devant ces affabulations et ces interprétations inacceptables en bloc et dans le détail, la Chambre des représentants, en rappelant les efforts constructifs déployés par le Royaume du Maroc pour développer les relations de coopération et le partenariat entre les deux pays, conformément aux dispositions du Traité d’amitié et de bon voisinage de 1991, dans un climat de confiance et de respect réciproques », affirme que « cette position représente une orientation hostile à l’intégrité territoriale marocaine et traduit l’esprit d’animosité dont font preuve des milieux politiques espagnols au point que certains milieux médiatiques se sont évertués, au mépris des règles les plus élémentaires de l’éthique et des normes de la déontologie communément admises, à servir de supports à des campagnes de propagande hostiles, frisant « la morophobie » que l’on croyait relever d’un passé révolu ».

Il appartient donc à certains milieux espagnols, insiste le communiqué, de « se libérer des complexes du passé et de dépasser les séquelles du colonialisme espagnol au Maroc et ses actes condamnables dans le Nord et le Sud ».

La Chambre des représentants rejette, en outre, toute instrumentalisation ou surenchère, de quelque sorte que ce soit, sur la question de l’unité territoriale et de la souveraineté nationale globale « pour des considérations conjoncturelles entrant dans le cadre de pratiques politiciennes étriquées et à courte vue, pratiques qui foulent au pied les impératifs tenant aux relations de voisinage et aux intérêts communaux vitaux entre les peuples marocain et espagnol ».

En réitérant leur engagement envers les conventions et traités internationaux en matière des droits et des libertés, les représentants du peuple marocain « prennent note du déplacement de nombre d’organisations des droits de l’Homme et d’acteurs intéressés pour des visites de terrain dans les provinces du Sud, et de leur accomplissement des missions qui leur sont dévolues en toute liberté », et réaffirment que le droit d’accès à l’information « doit s’exercer aux fins de dévoiler la vérité et en éclairer l’opinion publique, et non pas s’articuler sur des positions préétablies et des préjugés hostiles au Royaume et à ses intérêts ».

La Chambre des représentants réitère à cette occasion, « l’attachement du peuple marocain à son unité territoriale et sa ferme détermination à la parachever la récupération des villes de Sebta et Mellilia et des Iles Jaâfarines occupées ».

 

Commentaires