PARTAGER

La chasse au Maroc est promise à un avenir radieux. Un avenir fait de croissance et de développement du secteur et surtout, de promotion tous azimuts de la chasse touristique: c’est ce qui ressort à l’issue d’explications fournies au cours d’une rencontre organisée à Benslimane dernier par le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts à l’occasion de la présentation du plan décennal 2015-2024 pour le développement du secteur de la Chasse au Maroc.
D’après ce plan, le nombre de chasseurs dans notre pays est passé de 39000 en 2005 à 71400 en 2014 et devrait atteindre les 120000 chasseurs en 2024.
Le nombre de domaines est passé de 443 en 2005 à 746 en 2014 et devrait avoisiner les 1500 en 2024.
Le nombre de chasseurs étrangers est passé de 917 en 2005 à 1643 en 2014, et devrait dépasser les 15000 en 2024.
Quant aux surfaces réservées à la chasse dans notre pays , elles étaient de 1 730 800 hectares en 2005, 2 296 800 ha en 2014 et avoisinerront les 2 700 000 ha en 2024
Les recettes engendrées par cette activité étaient de 19 millions de dh en 2005, 35 millions de dh en 2014 et 70 millions de dh sont prévues pour 2024.
Concernant le volume économique global , il correspondait à 580 millions de dh en 2005, et à un milliard de dh en 2014 alors que les projections tablent sur 1,8 milliards de dh en 2024.
En un mot: c’est un véritable boom que devrait connaître le secteur et cela devrait avoir des répercussions certaines sur le plan du développement social et économique local et régional à travers la création d’emplois et d’activités génératrices de revenus pour les populations rurales. Mais il est à craindre que l’essor de la chasse touristique ne représente un danger pour la sauvegarde de nos forêts et la préservation des espèces animales.
Maintenant , la promotion de la Chasse touristique est-elle une chance ou une grosse menace pour la Biodiversite , les espaces forestiers et les milieux naturels où habitent le gibier! ?
Normalement, des études d’impact sur l’environnement devraient être imposées et effectuées comme le veut la loi avant que ne soit adopté un tel plan !
Qu’en pensent le ministère de l’environnement, le Conseil national de l’environnement ainsi que tous les autres départements concernés et impliqués de loin ou de près! ?
Il semblerait- cela est clair et évident dans les chiffres que révèle ce plan- que la dimension économique ait été privilégiée au détriment d’autres considérations de sauvegarde de la faune et de la flore. En effet, la marchandisation de nos forêts , déjà très menacées par l’avancée de la désertification, l’accélération des changements climatiques et le déboisement, est un fléau qui peut leur être fatal si cette activité n’est pas réglementée et contrôlée vigoureusement.
La preuve, ce sont les centaines de milliers d’hectares de nos forêts qui vont être cédées à des sociétés privées pour l’exploitation de la Chasse Touristique.
Caprice de millionnaires ou activité sportive de luxe , la chasse ou le braconnage autorisé , nous offre l’ occasion de crier que nos forêts ne sont pas des terrains de jeu et que surtout , elles ne sont pas à vendre car elles appartiennent aux générations futures.
C’est ce qui est écrit noir sur blanc dans tous les traités sur le développement durable que le Royaume du Maroc à ratifié.

Par Hafid Fassi Fihri

Commentaires