La chimie au cœur du progrès social, économique et environnementale (rencontre)

La chimie au cœur du progrès social, économique et environnementale (rencontre)

142
0
PARTAGER

Initiée sous le thème « la chimie face aux enjeux du développement durable », cette rencontre a permis aux participants de débattre de la chimie, de ses enjeux et de ses problématiques ainsi que ses applications pour un développement viable et durable.

S’exprimant à cette occasion, le Secrétaire Perpétuel de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, le professeur Omar Fassi-Fehri, a souligné l’importance de la chimie dans le développement du pays qui est omniprésente dans la vie quotidienne.

Il a indiqué que le développement de la recherche scientifique en chimie et la diffusion de ses apports en termes de développement durable constituent aujourd’hui des enjeux de première importance.

Le thème de cette session s’explique par la décision prise lors de la 63ème session en décembre 2008 par l’Assemblée Générale des Nations unies de faire de 2011 « l’année internationale de la chimie », année qui commémore aussi le centenaire du prix Nobel de chimie attribué en 1911 à « la femme de science exceptionnelle » que fut Marie Curie (Sklodowska) pour ses travaux sur le polonium et le radium, a-t-il précisé.

Et d’ajouter que la chimie est par excellence la science de la transformation de la matière qui modifie, transforme et crée des molécules pour doter le matériau final de propriétés plus ou moins contrôlées pour des applications ciblées.

Les nouveaux concepts de la chimie alliés aux nouveaux développements dans les autres branches de la science ont rendu celle-ci inter et multidisciplinaire combinant la synthèse, la caractérisation et la modélisation et un va-et-vient entre ces différentes opérations avec des applications notamment en physique, en biologie (biochimie), en médecine, en pharmacie, en sciences de la terre et de la mer, a-t-il relevé.

« Nous devons à la chimie moderne la plupart des avancées thérapeutiques, et des progrès incontestables sur les plans alimentaire et technologique », a-t-il poursuivi, ajoutant que cette science a révolutionné la fabrication des médicaments, des vêtements, des cosmétiques, mais aussi la diffusion de l’énergie et la fabrication des appareils technologiques.

Pour sa part, le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, Ahmed Réda Chami a affirmé que le Maroc a lancé d’importants programmes du développement économique et des stratégies sectorielles très ambitieuses.

M. Chami a mis en exergue les mesures de prévention contre la pollution, l’utilisation d’une manière rationnelle des matières premières, la promotion des activités industrielles et la protection de l’environnement.

Il a appelé également les acteurs industriels à adopter des mesures portant sur la promotion de la chimie verte et la réduction de l’utilisation de la matière chimique dans les produits.

Le ministre a rappelé aussi que le Centre marocain de production propre (CMPP) a été mis en place par le ministère et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) dont l’objectif est de sensibiliser les industriels, les informer et leur apporter de l’assistance technique pour l’adoption des technologies plus propres et des systèmes de management environnemental.

Le ministre a souligné la nécessité de mettre en place des outils permettant d’encourager les entreprises à respecter la réglementation environnementale, rappelant que le Maroc s’est doté d’un arsenal juridique important en la matière.

D’un autre côté, le professeur Jean-Jacques Bonnet, membre associé de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, a affirmé que « le développement des sciences de la chimie est un impératif pour faire face aux grands défis planétaires ». « Ce sont des sciences clés pour l’avènement d’un développement durable », a-t-il estimé.

Les acteurs de la chimie oeuvrent pour assurer un développement durable, a-t-il souligné, ajoutant que les chercheurs ainsi que les organisations et entreprises nationales et internationales ont intégré ce concept dans leurs réflexions et leurs actions stratégiques.

Il a indiqué que la chimie est montrée du doigt avec insistance au point que « produits chimiques » et « procédés chimiques » sont synonymes de « péril », ajoutant que cette image est surexposée par les catastrophes, les usages contestés, les nuisances, les produits cancérigènes, mutagènes et/ou toxiques pour la reproduction (CMR).

Cette rencontre est une occasion pour informer sur cette science, qui plus que tout autre, suscite des réactions par nombre de personnes qui ne la voient que d’un point de vue biaisé par des préjugés, et montrer que la chimie vise actuellement le respect de l’environnement, de la santé et du bien être, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le professeur Marc Fontecave, membre de l’Académie française des sciences a affirmé que l’accroissement de la population mondiale et de la demande énergétique, la nécessité de limiter les émissions de gaz à effet de serre ainsi que l’épuisement des réserves carbonées fossiles (pétrole gaz, charbon), imposent de développer massivement la part des énergies renouvelables.

« Nous serons en effet neuf milliards d’habitants à l’horizon 2050 et nous observerons un doublement de la demande énergétique », a-t-il relevé, ajoutant qu’on estime un épuisement des ressources d’ici 200 ans pour le charbon, 100 ans pour le gaz et 50 ans pour le pétrole.

Il s’agit donc de mettre en œuvre de nouvelles technologies pour transformer ces énergies en vecteurs énergétiques, avec en premier lieu l’électricité, mais aussi l’hydrogène, combustible efficace et propre, a-t-il dit.

L’apport de la chimie et de la biologie dans ces recherches fondamentales et ces développements technologiques peut être majeur avec la mise au point de nouveaux matériaux, de nouveaux catalyseurs et de nouvelles réactions, a-t-il fait observer.

Cette session, de 3 jours, est aussi l’occasion pour encourager l’intérêt des jeunes pour les sciences et la chimie en particulier car le grand public doit être conscient des nombreuses contributions de la chimie pour répondre aux besoins fondamentaux de l’être humain, de réduire la pauvreté, de protéger l’environnement et d’améliorer la qualité de vie.

Ont pris part à cette rencontre, des personnalités scientifiques du Maroc et d’éminents Hommes de sciences et chercheurs étrangers, ainsi que des opérateurs économiques opérant au Royaume ayant des activités reliées au secteur de la chimie.

Au menu de cette session, figurent l’examen du rapport d’activité de l’Académie au cours de 2010, la présentation de communications par des académiciens et des chercheurs marocains portant sur les derniers résultats de leurs travaux de recherche et le renouvellement des instances élues de l’Académie.

__________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.f

 

Commentaires