La Chine lance un hebdomadaire panafricain anglophone depuis le Kenya

La Chine lance un hebdomadaire panafricain anglophone depuis le Kenya

347
0
PARTAGER

Les autorités kényanes ont qualifié le lancement du nouvel hebdomadaire de « pont pour une meilleure compréhension entre les deux régions ». Et le choix du Kenya semble évident.

D’abord, le Kenya est considéré comme un hub régional, un grand aéroport avec des connexions vers l’ouest, le centre et le sud de l’Afrique. C’est aussi une base privilégiée pour les médias internationaux, surtout anglophones, qui ont quasiment tous un bureau dans la capitale kenyane qui couvre l’Afrique.

La Chine a déjà déployé un bureau de l’agence de presse chinoise qui a un partenariat avec l’un des journaux locaux, mais également la télévision chinoise, Africa china central television CCTV, qui ne cesse de s’étendre et qui a des correspondants partout.

La Chine est aussi très présente économiquement au Kenya, même si le pays n’a pas de ressources en sous-sol qui peuvent les intéresser pour le moment. La balance commerciale kényane avec la Chine est clairement déficitaire, mais c’est aussi l’un des pays d’exportations principaux.

La présence chinoise est visible : une entreprise chinoise a refait l’un des principaux axes de Nairobi, Thika road, qui a largement diminué les embouteillages. Une autre société participe à la modernisation plus que nécessaire de l’aéroport international, un contrat est en cours pour un chemin de fer Nairobi-Mombasa.

Mais les Chinois sont aussi présents dans la géothermie et l’hydroélectrique. La Chine a enfin des intérêts énormes dans la construction du port de Lamu qui servirait de terminal pétrolier à l’oléoduc venant du Soudan du Sud, qui exporte le pétrole sud-soudanais exploité par des sociétés chinoises.

Et puis, un pas vers un pont culturel sans précédent a été effectué : des fouilles archéologiques ont été réalisées dans la zone côtière de Malindi. L’excavation par des experts scientifiques des deux pays d’un bateau chinois qui a échoué au large de l’île de Lamu est un symbole fort, une volonté de démontrer que les relations existent depuis longtemps.

D’une influence économique à une influence diplomatique ?

En 2009, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique. Mais depuis plusieurs années, elle cherche à changer la perception de son pays en Afrique, où les sociétés, principalement pétrolières et de construction, souffrent d’une mauvaise réputation.

Le gouvernement chinois affirme que l’hebdomadaire servira à porter la voix de la Chine, mais que ce sera aussi un guide de compréhension fiable sur la Chine, un symbole du fort partenariat sino-africain.

Et la première édition de l’hebdomadaire résume assez bien cette ambition. La couverture est un dessin représentant un Africain entre un Occidental et un Chinois avec ce titre: « Quel chemin prendre à l’avenir ? ». Et le visage de l’Africain penche clairement vers le Chinois.

 

rfi.fr/ actu-maroc.com

 

Commentaires