La civilisation occidentale doit beaucoup aux savants arabo-musulmans médiévaux

La civilisation occidentale doit beaucoup aux savants arabo-musulmans médiévaux

283
0
PARTAGER

S’exprimant lors d’une rencontre à la Bibliothèque nationale, tenue sous le thème «La Grèce antique et nous», M. Himmich, a regretté l’omission faite par certains historiens occidentaux à l’égard des penseurs arabo-musulmans, qui ont contribué fortement à la préservation de l’héritage philosophique grec et à sa transmission aux générations suivantes.

Il a fait observer que plusieurs mots grecs sont, aujourd’hui, utilisés couramment dans la vie quotidienne aussi bien en occident que dans les pays arabes (comme nostalgie, cinéma, métro, photographie, chorégraphie, apocalypse et bien d’autres), qui appartiennent étymologiquement au lexique grec.

La civilisation hellénique a laissé son empreinte dans tout le bassin méditerranéen, que ce soit sur le plan culturel, architectural, artistique, scientifique ou philosophique, a-t-il noté.

Le conférencier a également rappelé que le règne du calife abbaside Al-Mamûn, un grand féru des sciences, a été marqué par deux évènements majeurs, qui avaient ravivé le paysage culturel de l’époque, en l’occurrence la création de «l’Observatoire de Bagdad» et par l’octroi d’une impulsion considérable à la «Maison de la sagesse».

L’Association d’amis Maroc-Grèce (AAMG), qui fonde son action principalement

sur les activités culturelles, ambitionne de contribuer au rapprochement du Maroc et de la Grèce, ainsi qu’au développement de ces deux peuples méditerranéens et, au-delà, participer au dialogue des cultures entre le nord et le sud de la Méditerranée.

Cette rencontre s’est déroulée en présence, notamment, du ministre d’Etat, Mohamed El Yazghi, du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, du secrétaire d’Etat chargé du développement territorial, Abdeslam Al Mesbahi, de l’ambassadeur de la Grèce au Maroc, Panayotis Stournaras, en plus d’une pléiade d’intellectuels et d’académiciens.

 

Commentaires