PARTAGER

Les partis politiques marocains, du moins les 8 qui ont participé aux dernières élections sur une trentaine au total, attendent avec impatience l’ouverture de la session du parlement prévue le deuxième vendredi du mois d’Octobre prochain pour écouter le discours royal qui sera présenté à cette occasion et qui se focalisera certainement sur le bilan des dernières élections communales et régionales avec le bilan que l’on sait.

Si le souverain n’est pas attendu sur les résultats qu’il se gardera bien de commenter, il le sera en revanche sur l’organisation et le déroulement de la campagne et du vote ainsi que le taux le participation tout comme l’émergence d’une nouvelle élite politique.

De même, cette classe politique qui n’a pas donné une image très glorieuse de son respect des citoyens et son attachement aux valeurs que chacune de ses composantes défend ainsi qu’à leur fidélité aux alliances pré-établies, voudrait bien entendre de la part du souverain une évaluation politique de ces premières élections à se tenir après l’adoption de la nouvelle constitution dont l’esprit n’était pas toujours au rendez-vous. Enfin ce qu’elle attend le plus de l’intervention du souverain devant les élus des eux chambres réunies, c’est de se voir éclairée par une feuille de route dans la perspective des élections législatives de l’an prochain avec une probable recomposition du champs politique.

Par Jalil Nouri

Commentaires