PARTAGER

Une rare unanimité se dégage de plus en plus contre les hausses excessives et continues du prix des carburants bien que que le tarif du baril sur le marché international reste plus ou moins stable et bas pour se situer vers les 58 dollars.

Les marocains considèrent que depuis la libéralisation du secteur aucune logique n’est suivie par les distributeurs dont l’enrichissement au détriment du consommateur est de plus en plus flagrant.  Plus grave encore et alors que l’entente sur les hausses des prix est réprimée dans plusieurs pays, la loi du marché n’est pas encadrée juridiquement au Maroc laissant toute la latitude aux distributeurs de trouver des arrangements entre eux en pénalisant le consommateur. Des distributeurs qui font mine de temps à autre de baisser les prix à coup de quelques centimes dans le meilleur des cas.

Les dernières augmentations ont écarté toute espoir d’un retour d’une baisse significative laissant les prix stagner autour de 10 dirhams pour le gasoil et 11 pour l’essence après une montée en flèche qui a fait boule de neige atteignant tous les compartiments des produits de grande consommation ainsi que des répercussions à d’autres niveaux de la vie quotidienne. De plus en plus de voix s’élèvent donc pour une remise à plat de cette libéralisation qui avantage les distributeurs et pénalise les consommateurs devant la passivité des pouvoirs publics. Cette question d’entente illégale sur les prix dans les stations services est appelée à connaitre les développements avec la mobilisation de la société civile, en particulier les associations du consommateur en vue de mener des actions ciblées pour pousser le gouvernement à réagir et mettre fin à l’anarchie actuelle.

 

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

 

Commentaires