La Colombie sous le choc, après l’assassinat de quatre otages de la...

La Colombie sous le choc, après l’assassinat de quatre otages de la guérilla des Farc

164
0
PARTAGER

Avec notre correspondante à Bogota, Zoé Berri

Les quatre otages tués dans le sud du pays étaient l’emblème de la cruauté de la guerre colombienne. Ils avaient passé plus de dix ans, parfois jusqu’à quatorze années, entre les mains de la guérilla. Et leurs familles avaient tout tenté pour éviter qu’ils ne leur soient rendus dans un cercueil. En vain. Après un mois et demi de poursuite, l’armée croyait avoir enfin mis la main sur un des « trésors de guerre » des Farc : cinq officiers et sous officiers cachés dans la jungle. Mais la guérilla, prise au piège, aurait décidé de les abattre, comme le prévoient les directives de son état major. Un seul d’entre eux est parvenu à s’échapper.

« C’est un crime atroce que le monde entier doit condamner » a déclaré le président Juan Manuel Santos. Les familles, elles, pointent du doigt le gouvernement et rappelent, qu’elles n’avaient jamais voulu d’un sauvetage militaire.

Les risques étaient connus : au cours d’une opération en 2003, onze otages avaient été abattus dans les mêmes circonstances. Mais la libération au compte-goutte de plusieurs kidnappés et deux sauvetages réussis, dont celui d’Ingrid Betancourt, pouvaient laisser croire à leurs proches que l’histoire ne se répéterait pas.

La mort des otages survient trois semaines après celle du chef des Farc dans une opération militaire. Certains y voient un signe de raidissement. Et craignent que la quinzaine de policiers et militaires, toujours détenus, ne rentrent pas vivants

 

rfi.fr______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires