PARTAGER
Comme l’avait fait avant elle la tension sociale dans la région du Rif qui restera l’un des événements marquants de cette année, celle de la région de l’Oriental à Jerada qui commence à prendre forme donne des nuits blanches au chef du gouvernement, El Othmani qui tente d’étouffer dans l’œuf cette crise pour que le même scénario d’Al Hoceima ne se répète pas. Pour rappel, cette région minière vient de connaître la mort de deux mineurs dans une mine de charbon clandestine, noyés en raison des inondations, que les secours de la protection civile n’ont pu sauver à temps. Fort heureusement, leur enterrement n’a pas donné lieu, contrairement à ce que craignaient les autorités, à des affrontements entre une population de plusieurs milliers de personnes en colère et les forces de l’ordre dans le nombre a été renforcé de renforts venus du chef-lieu de la région, Oujda.
Cette ville voit les réunions se succéder à une cadence effrénée au sein d’une cellule de crise crée à cet effet,en attendant l’arrivée d’une délégation ministérielle, comme à Al Hoceima, qui partage les mêmes problèmes de développement, surtout que dans la région de Jerada, les mines d’extraction de charbon qui étaient les seules pourvoyeuses d’emplois, ont fermé depuis le début des années 2000, laissant Jerada dans l’abandon. La mort des deux mineurs donne lieu depuis à des veillées funèbres pour pleurer les deux martyrs de la misère mais également l’agonie de leur région.

Commentaires