La Corée du Sud propose des négociations militaires avec le Nord dès...

La Corée du Sud propose des négociations militaires avec le Nord dès février

317
0
PARTAGER

Le ministère sud-coréen de la Défense a envoyé un message au Nord proposant la date du 11 février pour cette rencontre, qui se tiendrait dans le village frontalier de Panmunjom.

Cette prise de contact aurait pour but de fixer le calendrier, l’ordre du jour et le lieu de négociations militaires à haut niveau, selon le ministère.

Le secrétaire d’Etat-adjoint américain James Steinberg, numéro deux du département d’Etat, arrivé mercredi à Séoul, a qualifié cette avancée de « première étape critique ».

La semaine dernière, la Corée du Sud avait accepté une proposition du Nord d’entamer des pourparlers militaires « à haut niveau » afin d’apaiser les tensions, au plus haut fin 2010 après le bombardement par Pyongyang d’une île sud-coréenne.

Mais elle avait prévenu une nouvelle fois que le Nord devait admettre sa responsabilité dans les deux graves incidents survenus en 2010: en mars, 46 marins sud-coréens ont péri dans le torpillage de la corvette Cheonan, attribué par une enquête internationale à Pyongyang, qui rejette toute responsabilité. Fin novembre, le Nord a bombardé l’île sud-coréenne de Yeonpyeong, faisant quatre morts.

Toujours mercredi, le ministère sud-coréen de l’Unification a de nouveau appelé Pyongyang à entamer des entretiens distincts sur la question du nucléaire, pour montrer sa volonté de désarmement.
La Chine tente depuis des mois de relancer les pourparlers à Six visant à convaincre la Corée du Nord d’abandonner son programme nucléaire en échange d’une aide énergétique. Ces négociations, hébergées par Pékin, sont au point mort depuis que Pyongyang en a claqué la porte en avril 2009.
A la mi-novembre, le régime de Pyongyang avait fait visiter à un expert américain le site nucléaire de Yongbyon, une vaste usine d’enrichissement d’uranium doté de plus de 1.000 centrifugeuses.
Lors de sa visite à Washington mi-janvier, le président chinois Hu Jintao s’était pour la première fois inquiété, comme les Etats-Unis, de cette nouvelle usine d’enrichissement d’uranium nord-coréenne.
« Je crois que l’attitude ferme que nous avons tous adoptée et le message clair envoyé après le sommet entre les présidents Obama et Hu devraient contribuer à faire passer le message » en Corée du Nord, a déclaré mercredi James Steinberg, après des discussions avec le ministre des Affaires étrangères, Kim Sung-Hwan.

Selon le numéro deux du département d’Etat, qui va ensuite se rendre au Japon et en Chine, Pékin comprend que « rebâtir la confiance en Corée du Sud est une première étape critique vers la possibilité d’un dialogue élargi ».

AFP

Commentaires