PARTAGER
En quelques jours seulement et alors qu’il ne s’y attendait pas, le baromètre de popularité du chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane a dégringolé, surtout après l’éclatement de l’affaire des déchets industriels toxiques venus d’Italie.
Le chef du gouvernement s’en est tout naturellement ressenti extrêmement déçu, lui qui pensait continuer à tenir la corde jusqu’à la victoire annoncée aux prochaines élections législatives et repartir avec un nouveau mandat en poche.
En attendant, Benkirane fait preuve de beaucoup plus de réserve pour se replier sur lui-même et éviter les cérémonies officielles comme cela vient d’être remarqué à l’ouverture de la conférence Med Cop22 de Tanger , une absence qui a suscité de nombreuses questions et interrogations.
De plus, cette fin de mandat s’annonce risquée avec le retard pris dans l’adoption du projet de la réforme des régimes de retraite et des dissensions au sein de la majorité gouvernementale.
Avant de quitter cette dernière dans quelques semaines, le parti du RNI se fait un malin plaisir à tirer à boulets rouges sur le gouvernement pour son absence d’homogénéité et ses incohérences. Un cadeau de départ que Benkirane n’a guère apprécié.

Commentaires