La création du CNDH, une étape très avancée dans le processus de...

La création du CNDH, une étape très avancée dans le processus de respect des droits de l’homme au Maroc (M. Sebbar)

170
0
PARTAGER

« Ce conseil constitue une étape plus avancée que ce qui existait auparavant, compte tenu des prérogatives expliquées dans le Dahir le régissant », a indiqué M. Sebbar qui était l’invité, mardi soir, de l’émission +Daif wa Hadath » de la chaîne internationale +France 24+.

« Ce dahir garantit l’indépendance des membres du Conseil, de son président et de son secrétaire général, qui ne seront jamais questionnés sur des faits, des gestes ou des paroles concernant l’exercice de leurs fonctions », a-t-il ajouté, soulignant que « cette indépendance n’est pas seulement garantie par le texte mais aussi par les personnes ».

Concernant les dossiers qu’il juge prioritaires pour le CNDH, M. Sebbar a indiqué que « parmi les nouvelles prérogatives du Conseil, c’est qu’il peut s’opposer de lui-même à toute atteinte aux droits de l’Homme », précisant que « tous les dossiers sont ouverts », car « le Maroc a déjà connu un progrès dans le domaine des droits de l’homme, progrès qui était peut être relatif et limité au début des années 90″.

« Nous avons ouvert avec beaucoup d’audace et de courage les dossiers du passé », a-t-il insisté, notant que « le Maroc se distingue par une grande dynamique de sa société civile, avec à sa tête les associations des droits de l’Homme qui ont su imposer leur agenda ».

« Nous avons parcouru de grandes étapes, mais nous n’avons pas encore répondu aux attentes de ces associations », a-t-il toutefois relevé.

Il est donc de « notre devoir de contribuer avec force à élargir le champ des libertés, à garantir l’accès de tous les citoyens à leurs droits élémentaires, et à asseoir les bases de l’Etat des droits de l’Homme, de la citoyenneté, de l’égalité et de la dignité », a-t-il dit.

Interrogé sur les conditions de détention en milieu carcéral au Maroc, le Secrétaire général du CNDH a indiqué que parmi les prérogatives du nouvel organisme figure « le droit de visiter les prisons et de s’assurer que les détenus vivent dans des conditions exemplaires ».

Pour lutter contre le surpeuplement dans les prisons, il a jugé important de revoir l’application des peines pour que les établissements pénitenciers du royaume ne soient pas seulement un lieu de punition mais plutôt des institutions qui contribuent à l’intégration des prisonniers dans la société.

A la question de savoir si la peine de mort pourrait être abolie au Maroc, considéré comme un « Etat abolitionniste de fait », M. Sebbar a souligné que « le Royaume n’applique pas cette peine qui touche un droit sacré de l’être humain, le droit à la vie ».

Il a rappelé que l’abolition fait partie des recommandations de l’Instance Equité et Réconciliation, affirmant par la même occasion « soutenir » la demande des organisations internationales, régionales, arabes et marocaines, des droits de l’Homme pour son abolition.

Interrogé sur les manifestations du 20 février dernier, le secrétaire général du CNDH a souligné que ces mouvements « ont prouvé que nous avons une jeunesse mûre, responsable et enthousiaste », notant que leurs revendications sont « légitimes », et qu' »il faudrait les prendre en considération dans tout ce qui concerne la réforme générale dans notre pays ».

Il a, en revanche, estimé « impossible de comparer ce qui se passe au Maroc à ce qui se passe dans d’autres pays arabes dans le domaine des droits de l’Homme ».

« Nous avons comme ambition de ne pas nous comparer aux autres pays arabes mais aux pays de l’autre rive de la Méditerranée », a-t-il dit, estimant toutefois que « ce qui s’est passé en Tunisie ou en Egypte, nous rend enthousiaste pour franchir de nouvelles étapes dans le processus de réformes dans notre pays ».

 

 

MAP_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires