PARTAGER

Plus les jours passent et plus la crise de l’unique raffineur du pays, aux mains d’un groupe étranger, laisse entrevoir une faillite retentissante et catastrophique pour les finances de l’état aux conséquences économiques graves en matière de sécurité de l’approvisionnement du Maroc en pétrole raffiné. Tous les ingrédients sont là pour l’y mener. A deux reprises, la réunion du conseil d’administration de l’entreprise pour décider d’une augmentation de capital à même de la sortir du tunnel a été reporté alors que les négociations du principal actionnaire saoudien Al Amoudi avec l’état qu’il a soumis à une forme de chantage, n’ont abouti sur aucun compromis de fait.

Plus grave encore, des « fuites providentielles » exploitées par la presse révèlent jour après jour des détails croustillants sur la mauvaise gestion de « La Samir » qui l’a coulée ainsi que toutes sortes de dépassements et d’irrégularités de la part du top management, des éclaircissements quiermettent aujourd’hui de mieux cerner les raisons de ce dossier intriguant et la responsabilité des autorités dans cette faillite annoncée en raison de l’étranglement financier de ce mastodonte du raffinage.

Par Jalil Nouri

Commentaires