PARTAGER

L’adoption, à 14 voix près, de l’article 2 visant la révision de la Constitution est un camouflet pour l’exécutif.

Après plusieurs heures d’un débat musclé, l’article 2 visant la révision de la Constitution a été adopté mardi soir à une courte majorité de 162 voix contre 148. Ce vote, acquis à 14 voix près, constitue un camouflet pour l’exécutif. Peu auparavant, un amendement du gouvernement, adopté à main levée, a fixé la nouvelle rédaction de la déchéance de nationalité, sans plus faire référence aux binationaux. Il précise qu’une personne peut être «déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu’elle est condamnée pour un crime ou un délit».

Commentaires