PARTAGER
Il n’y a pas que le dossier du Sahara qui enregistrerait un recul avec le nouveau représentant du secrétaire général de l’ONU, Horst Kohler qui nourrirait des projets pas forcément avantageux pour le royaume dans le cadre de sa mission. Des idées peu conformes au plan d’autonomie, pourtant salué et appuyé par l’instance onusienne et par l’ensemble de la communauté internationale, peu susceptibles de s’en départir.
Une autre partie diplomatique se joue ces jours-ci concernant le vœu cher du Maroc de rejoindre la CEDEAO, la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest.
Cette décision devait être entérinée ce samedi par les chefs d’états de cet ensemble qui en ont décidé tout autrement à la dernière minute pour retarder l’échéance en s’abritant derrière la question de l’urgence de l’examen de la situation politique dans certains pays de cette région du monde.
En fait et passée l’euphorie d’un premier accueil réservé à la démarche marocaine, des partie hostiles au Maroc, comme l’Algérie et ses relais, se sont immiscées dans le débat à l’insu de sa diplomatie pour venir brouiller les cartes et renforcer un lobby anti-présence marocaine au sein de la CEDEAO, pour que cette intégration n’est pas lieu ni à court ni à moyen terme. Résultat des courses, le projet a été renvoyé à plus tard, à l’année prochaine si la diplomatie marocaine se montre plus vigilante à l’avenir et mieux préparée à faire face à l’adversité.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com
Tags : Actualités, infos, scoop, faits divers, Maroc, Rabat, Casablanca, Tanger, Marrakech, Fés, Afrique, Roi, Mohamed VI, politique, Sahara marocain, CEDEAO, refus, adhésion, diplomatie

Commentaires