PARTAGER
Après la mort du numéro 1 du Polisario, Mohammed Abdelaziz, le dossier du Sahara risque fort de connaître des évolutions dans un sens ou un autre. Si, pour Alger, il sera difficile de trouver plus obéissant que ce dernier et plus proches des volontés algériennes, au niveau des séparatistes de Tindouf, les choses pourraient sensiblement évoluer avec des voies qui commencent à s’élever pour saisir l’occasion de cette mort afin de tourner la page figée du passé et d’entrevoir des négociations avec le Maroc et prendre plus de distances avec Alger et ses militaires qui ont toujours formater le Polisario et ses dirigeants à leur guise. Preuve que la succession ne sera pas aisée et que le candidat d’Alger aura du mal à passer.
Côté marocain, la première réaction et la première idée est venue de l’ancien dirigeant séparatiste rallié au Maroc, le gouverneur Hadrami, qui a estimé que, suite à la disparition de Mohammed Abdelaziz, le Maroc devrait chercher à reprendre les négociations avec le futur numéro 1 du Polisario, chose qui pousse à croire que Hadrami a sa petite idée sur le nom de ce dernier en misant sur son ouverture et sa flexibilité, lui qui a été si proche de la hiérarchie des séparatistes.
Au-delà de ce simple indice, il est certain que que le dossier du Sahara est appelé à continuer à faire parler de lui dans les prochains mois

Commentaires