LA FACTURE DES DÉGÂTS DES INONDATIONS SERA TRÈS LOURDE

LA FACTURE DES DÉGÂTS DES INONDATIONS SERA TRÈS LOURDE

497
0
PARTAGER

Les images à peine croyables des dégâts causés par les intempéries de ces derniers jours dans le sud du pays et celles à venir d’infrastructures chancelantes ne prêtent guère à l’optimisme qui permettrait d’espérer que d’autres victimes, dans d’autres régions du pays, ne viendront pas s’ajouter à la liste des morts dont le seul tort est de s’être trouvés au mauvais endroit au mauvais moment. Pour les responsables de ces défaillances, des scénarios identiques ne sont pas à écarter.

Avec le même cynisme, le ministre de l’équipement nous apprendra dans ses argumentaires vaseux au parlement, que pas moins de 600 ponts à travers le pays peuvent s’effondrer à tout moment à travers le pays, que plus de mille d’entre eux doivent faire l’objet de travaux de réfection et un nombre impressionnant de routes refaites à neuf ou retapées. Autant dire, que l’état, qui n’avait pas prévu ses dépenses colossales dans sa loi de finances 2015, devra emprunter encore pour cette mise à niveau des infrastructures, après que les responsables au ministère de l’équipement, tout à leur cupidité, aient longtemps fermé les yeux sur les marchés mal exécutés et les tricheries dont ils se sont faits complices toutes ces dernières années. Pour être plus clair, c’est toute la politique de réalisation des grandes infrastructures qui est à revoir avec la remise à plat de tout le système qui sous-tend cette politique avec le devoir de poursuivre les responsables de ces défaillances en justice. Leur mise à nu et les bilans catastrophiques qui s’en dégagent ont mis le sentiment d’appartenance des citoyens à leur pays à rude épreuve, alors que les contribuables découvrent avec stupeur la mascarade des projets d’équipements de base qui entravent le développement du royaume et salissent son image.

Actu-maroc.com _______________________________________.

Pour vos publications et vos courriers : actumaroc@yahoo.fr

Commentaires