PARTAGER
Cette jeune palestinienne de 17 ans aura certainement le plus fait ce 15 décembre pour la cause palestinienne et contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme nouvelle capitale de l’État Hébreu, certainement plus que tous les diplomates palestiniens réunis. Ahed se trouve aujourd’hui en détention préventive en attendant son procès pour avoir giflé un soldat israélien et donné quelques coups de pieds à d’autres lors d’une manifestation organisée ce jour-là en Cisjordanie occupée, et risque pour ce geste jusqu’à cinq ans de prison .
la photo prise sur un portable lui a valu un élan de solidarité mondiale qui n’est pas prêt de s’éteindre si la condamnation se confirme ces jours-ci.
Elle est parvenue à diviser la société israélienne plus que la mort d’enfants-martyrs, déchaînant les passions entre ceux qui appuient son combat pour la cause palestinienne et demandent sa libération immédiate et ceux qui lui sont hostiles, allant jusqu’à demander son viol en prison et une condamnation plus lourde pour son geste. Aidée par les réseaux sociaux qui ont donné à son geste un écho mondial, Ahed Tamimi est devenue en l’espace d’une manifestation, une icône en Palestine et en Israël et un sujet d’actualité internationale pour avoir voulu montrer sa révolte et sa colère. Avec sa crinière blonde et ses yeux bleus, certains la prendraient pour une actrice-vedette naissante à Hollywood, mais Ahed, ne sera en 2018 que le nouveau visage d’une résistance palestinienne à l’occupation et contre l’injustice.
Sa saga mondiale ne fait que commencer.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires