PARTAGER
The Adobe Image Library ©1998 Adobe Systems Incorporated Silhouette of man and woman fighting
C’est une mesure à suivre et à méditer, que celle prise il y a peu par la justice palestinienne et son chef des tribunaux qui ont ordonné aux juges de ne pas prononcer de divorces pendant tout le mois de ramadan, en raison des comportements impulsifs et la nervosité qui peuvent conduire les maris à prendre cette décision extrême en raison des effets du jeûne.
Les tribunaux islamistes palestiniens sont les seuls à pouvoir prononcer les mariages et les divorces et un recensement des actes par le passé a montré que les demandes de divorce soumises augmentaient dangereusement pendant le mois sacré à cause des privations et les accès de colère chez les hommes fumeurs qui, pour un oui ou un non, se lançaient en grand nombre durant cette période dans des procédures de divorce sans attendre les résultats des efforts de réconciliation menée.
De plus , le déséquilibre s’est aggravé entre les mariages en baisse en raison des difficultés économiques et l’embargo imposé par Israël d’une part et les divorces en hausse d’autre part, ont poussé les autorités judiciaires à prendre tout leur temps avant de conclure à un divorce sur un simple coup de tête ramadanien. Il serait intéressant ce que pensent nos juges de la famille de cette sage décision palestinienne et s’ils la suivraient.

Commentaires