PARTAGER
Après les premiers jugements prononcés par un tribunal militaire, le procès des événements de Gdeim Izik vient de s’achever devant la cour d’appel de Salé sur des peines allant de deux années à la perpétuité.pour neuf des accusés au nombre de 24 au total. Les faits remontent au mois d’octobre 2010 quand des individus armés avaient attaqué les forces de l’ordre de manière sauvage tuant 11 de ses membres au cours d’une opération coordonnée et télécommandée, lors de du démantèlement d’un camp illégal, celui de Gdem Izik, dans la région de Layoune au Sahara.
Les conditions abjectes de ces attaques à l’arme blanche avaient scandalisé les marocains puisque les images avaient montré le corps de victimes appartenant aux forces de l’ordre , profanées et souillées de manière barbare. Leurs familles pourront enfin commencer leur deuil, 7 ans après les faits. reste que le jugement qui vient d’être prononcé, et les accusés peuvent encore faire appel des peines prononcées au cours d’un procès mouvementé. Des avocats français mandatés par l’Algérie et le Polisario avaient tenté d’en perturber le déroulement et une espionne algérienne avait m^me été trouvée en possession d’une caméra en tarin de filmer une séance, alors que la presse internationale s’est intéressée au respect des droits des accusés qui ont boycotté le procès. Au final, le verdict était attendu et il aura été considéré comme normal devant la gravité des faits.

Commentaires