La lecture à l’honneur au Salon international de l’édition et du livre

La lecture à l’honneur au Salon international de l’édition et du livre

232
0
PARTAGER

Quelque 724 éditeurs et exposants représentant 42 pays sont attendus à cette 17ème édition qui se poursuivra jusqu’au 20 février et qui a porté son choix sur un pays du bassin méditerranéen, l’Italie, invité d’honneur. Ainsi, le public sera au fait de ce qui se crée et s’écrit dans ce pays sur les plans culturel, économique et social, apprend-on auprès des organisateurs.

Le choix de l’Italie n’est pas fortuit, mais se justifie à plus d’un titre en raison notamment de son histoire séculaire qui puise dans le passé glorieux et l’héritage de la civilisation romaine, ce qui offrira inéluctablement aux visiteurs du Salon l’opportunité de découvrir une autre culture à même d’enrichir la leur, sachant que l’Italie célèbre cette année le 150ème anniversaire de sa Constitution en tant qu’Etat unifié.

Un hommage, on ne peut plus tardif, sera rendu à ce pays qui a marqué l’histoire de l’écriture et de la pensée, a souligné le ministre de la Culture, M. Bensalem Himmich, lors d’une rencontre récemment à Casablanca.

« On a pris beaucoup de retard avant que l’Italie ne soit présente au Salon (à) Nous sommes tous redevables à tout ce qui concerne les grands noms du cinéma et de la littérature italiens », a déclaré à la presse M. Himmich, qui se félicite de voir des villes comme Rome et Venise sous-forme de « musées à ciel ouvert ».

Plusieurs ouvrages, manuscrits et objets d’art en provenance d’Italie seront exposés au SIEL, outre des Conférences axées sur des sujets en relation avec la société et la politique dans ce pays et un débat sur l’enseignement de la langue italienne.

Cet important événement, organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le signe « la lecture pilier de la société du savoir », prévoit également une programmation aussi riche que diversifiée qui tient compte de la diversité du champ culturel marocain.

Quelque 320 intellectuels représentant le Maroc, le monde arabe, l’Afrique et l’Europe, entre autres, le ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand et d’autres penseurs de renom tels Edgar Morin, Alain Grech, Michel Mafizoli, Mohamed Salmaoui, Salah Fadl, Rachid Boujedra, Wassini Aâraj, Kadim Jihad, Mohamed Ben Talha animeront et participeront à des conférences au SIEL.

Au programme de cette 17ème édition figurent également trois rencontres qui seront consacrées à la pensée de trois intellectuels disparus récemment: Mohamed Abed El Jabri, Mohamed Arkoun et Edmond Amran EL Maleh.

S’y tiendront, en outre, des Conférences sur le soufisme, la langue amazighe, l’avenir de la culture arabe, la société du savoir et la littérature saoudienne, ainsi que des dédicaces, des lectures et des rencontres avec des écrivains marocains et étrangers.

De nombreux séminaires seront organisés tout au long de cet événement pour débattre notamment de « la culture, l’économie et les nouvelles technologies », du « monde moderne et le besoin de philosophie », des « relations hispano-marocaines: histoire et perspectives » et de « la problématique de l’Union pour la méditerranée (UpM) ».

Y seront également débattus plusieurs autres sujets portant sur « l’économie et les technologies nouvelles », « la lecture et l’industrie du livre au Maroc », « le tourisme et la culture », « la régionalisation avancée: quels projets et quelles perspectives? », « l’Union du Maghreb Arabe (UMA) » et « mondialisation et obstacles ».

Des stands et des espaces seront consacrés spécialement aux enfants et aux élèves, à travers des ateliers où seront dispensées des techniques pour apprendre à raconter et éditer une histoire et un conte.

Des ateliers réservés à la calligraphie, aux bandes dessinées, aux arts plastiques et à la fabrication de masques sont également programmés dans le cadre de cette 17ème édition du SIEL.

Dans une notre de présentation des activités du Salon, M. Himmich a souligné que son département a décidé au moment de la préparation du programme culturel du SIEL d’organiser de nombreuses activités visant à tisser des liens directs entre le large public et de nombreux intellectuels marocains et étrangers dont le Salon puise sa crédibilité morale et son rayonnement.

Le SIEL, qui représente désormais un rendez-vous annuel incontournable pour le public et les personnes intéressées par le domaine culturel, se tient toutefois dans une conjoncture marquée par une « désaffection » pour la lecture exprimée notamment chez les jeunes pour le livre et les nouvelles publications.

Le ministre a estimé que le phénomène de le déclin vis-à-vis de la lecture et la désaffection qui s’en est suivie est un constat que partage à l’unanimité l’ensemble des intéressées, auteurs, éditeurs, distributeurs et bouquinistes.

Le nombre d’ouvrages vendus sur le marché, toutes catégories confondues, est suffisamment éloquent pour refléter cette situation, a rappelé le ministre.

Ce phénomène, a-t-il fait remarquer, est une donnée structurelle qui requiert des études de terrain et analytiques, ajoutant que certaines de ces études sont publiées de manière irrégulière soit dans les journaux ou des rapports spécialisés, sans qu’un intérêt leur soit réellement prêté.

A noter que l’Union des écrivains du Maroc (UEM), la Maison de la poésie « Bayt Achi’r » et l’Alliance marocaine pour la culture et les arts ont décidé de boycotter la 17ème édition du SIEL.

Ces Associations ont indiqué que leur décision signifie « l’abstention de participer, de contribuer, d’assister ou d’intervenir dans toutes les activités du Salon », selon un communiqué transmis à la MAP.

Ce collectif justifie ce boycott par le fait que « le ministère de la Culture a omis de les associer à la Conférence de presse organisée, le 4 février, pour présenter le programme du Salon.

 

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires