La LGV, une illustration des chantiers structurants à vocation multimodale

La LGV, une illustration des chantiers structurants à vocation multimodale

141
0
PARTAGER

Par Hicham El Moussaoui

Ce grand projet s’inscrit dans le cadre d’une série de grands projets réalisés depuis l’avènement de SM le Roi Mohammed VI au Trône de ses glorieux ancêtres, selon une vision globale qui embrasse l’ensemble des secteurs économiques à forte valeur ajoutée, tels que le port Tanger-Med, le réseau autoroutier, les plates-formes logistiques et la reconversion du port de Tanger-ville.

La région de Tanger-Tétouan, entourée de la Haute sollicitude de SM le Roi, a bénéficié d’une part importante des investissements publics visant à renforcer le réseau des infrastructures et à préparer le terrain pour accueillir de grands investissements nationaux et étrangers dans divers secteurs économiques et de services.

+La LGV, projet phare du système de transport multimodal+

Depuis 2005, la première phase du système de transport multimodal est lancée avec une autoroute Rabat-Tanger longue de plus de 220 km, complétée, en 2008, par une autre tranche reliant la nouvelle plate-forme portuaire, logistique et industrielle de Tanger Med au réseau autoroutier.

Dans le même sens, il a été procédé au dédoublement de la route nationale nø2 reliant Tanger à Tétouan, à la création d’une tranche d’autoroute entre Tétouan et Fnideq et à la construction de la rocade méditerranéenne qui reliera bientôt Tanger à Saidia.

En parallèle à ces efforts, l’Office national des chemins de fer (ONCF) a renforcé ses infrastructures dans la région, à travers la création d’un nouveau tronçon de 54 km, dans une zone à relief très accidenté afin de relier Tanger au complexe Tanger Med, pour une enveloppe de 3,2 milliards de DH, en plus de l’électrification de la ligne ferroviaire Tanger-Ksar El Kébir.

Ce système de transport multimodal s’enrichira par l’introduction de la LGV, moyen de transport collectif considéré comme le plus efficace pour les moyennes et longues distances.

La mise en service, prévue pour décembre 2015, de la première tranche de ce méga-projet, reliant Tanger à Casablanca, devra permettre l’accroissement du nombre de passagers sur cet itinéraire de 2 millions par an aujourd’hui à près de 8 millions par an au cours des premières années d’exploitation, et la réduction de la durée du trajet entre les deux villes de 4 h 45 min actuellement à 2 h 10 min.

Il s’agit là de la première phase d’un plan global de développement de lignes de grande vitesse sur 1.500 km qui permettra, à l’horizon 2035, le transport de 130 millions de passagers sur des lignes nouvelles comprenant l’axe « Atlantique » Tanger-Casablanca-Marrakech-Agadir et l’axe « Maghrébin » Rabat-Fès-Oujda.

+Tanger : Développement local et ambition méditerranéenne+

Grâce aux projets structurants mis en branle ces dernières années, la ville du Détroit place haut la barre des ambitions et se positionne parmi les villes méditerranéennes les plus prometteuses en termes de développement et de perspectives de prospérité.

Pour le maire de la ville, Fouad El Omari, le projet de la LGV vient couronner la série des projets structurants lancés par SM le Roi dans la région dans le cadre d’une vision intégrée ayant pour but de faire de Tanger l’une des grandes villes du pourtour méditerranéen à l’horizon 2015.

Il a, à cet égard, rappelé l’importance de projets tels le complexe portuaire Tanger Med, d’une capacité de plus de 8 millions d’EVP, les zones industrielles, franches et commerciales et les nouvelles villes et noyaux urbains (Chrafat, Ibn Battouta), en plus du programme de mise à niveau de la ville, d’un coût de plus de 2 milliards de DH, soulignant le caractère à la fois économique et social de ces initiatives qui ont fait de Tanger un pôle de développement à l’échelle nationale et régionale.

+des atouts significatifs pour le développement local+

En plus de l’impact économique, principal objectif des investissements publics et privés, le projet de LGV devrait aussi booster le développement local.

Dans ce sens, le délégué du ministère du Tourisme à Tanger, Mostafa Aghounjab, a assuré que ce projet aura pour effet de renforcer la liaison entre le Nord et les autres régions du Maroc et de réduire sensiblement la durée des trajets, ce qui contribuera à la promotion du tourisme, notamment intérieur.

Selon des statistiques récentes, ce segment représente 50 pc des clients des établissements hôteliers à Tanger, devenue la quatrième destination touristique nationale après Marrakech, Agadir et Casablanca.

D’autre part, le tourisme des affaires entre Casablanca et Tanger, déjà en plein essor grâce au lancement de plusieurs grands chantiers économiques, est appelé à se développer davantage grâce à ce projet, en parallèle avec le projet de reconversion du port de Tanger ville, doté d’un budget de plus de 6 milliards de DH et visant à en faire l’un des plus grands ports de loisirs de la Méditerranée.

Dans quelques années donc, le Maroc sera le premier pays arabe et africain à se doter de cette technologie de pointe en matière de transport ferroviaire, avec un effet accélérateur sur le développement économique et la promotion des investissements dans la région du Nord.

 

map__________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires