La Libye libérée de son tyran

La Libye libérée de son tyran

292
0
PARTAGER

«Un moment historique pour la Libye», depuis 42 ans de dictature, se sont réjouies les nouvelles autorités libyennes. Le leader déchu en fuite, Mouammar El Gueddafi, a été tué hier dans le dernier assaut contre sa région d’origine Syrte, la dernière ville à tomber. La Libye est libérée. «Nous annonçons au monde qu’El Gueddafi est mort tué par les révolutionnaires» dans la région de Syrte, à 360 km à l’est de Tripoli, a indiqué à la presse le porte-parole officiel du Conseil national de transition à Benghazi, Abdel Hafez Ghoga. «C’est la fin de la tyrannie et de la dictature. El Gueddafi a  été rattrapé par son destin», a-t-il dit, ajoutant que sa mort allait «mettre fin au bain de sang et au martyre de notre jeunesse».

A Tripoli, le chef de l’exécutif du CNT, Mahmoud Jibril, a annoncé que la proclamation de la libération totale de la Libye sera faite au plus tard aujourd’hui. Confronté à un soulèvement sans précédent contre son régime autoritaire, l’ex-«guide», 69 ans, qui avait gouverné la Libye d’une main de fer pendant 42 ans, était en fuite depuis la chute de Tripoli en août dernier. Il est le premier dirigeant arabe à avoir été tué depuis l’éclatement du Printemps arabe. Plusieurs de ses proches, dont son fils Moatassim, ont été tués dans l’assaut, alors que d’autres ont été capturés, selon les commandants du CNT. L’ex-dirigent libyen avait été capturé vivant. Blessé, probablement dans le raid de l’OTAN contre son convoi alors qu’il tentait de fuir la ville assiégée, il est mort dans le véhicule qui le transportait vers Misrata.

Prudence

Selon le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, ce sont des avions français qui ont identifié et «stoppé» la colonne de véhicules dans laquelle se trouvait El Gueddafi, avant des accrochages au sol entre ses forces et les combattants du CNT au terme desquels il a été blessé et capturé. Selon certaines sources, son fils Seïf El Islam serait encore vivant et se trouverait à Syrte. La mort d’El Gueddafi et la chute de Syrte devraient pousser l’OTAN à mettre prochainement un terme à son opération «Protecteur unifié», lancée le 31 mars. Une grande prudence était toutefois de mise hier après-midi au siège de l’Alliance, à Bruxelles, qui n’avait pas réagi officiellement à la brusque accélération de la situation sur le terrain.

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a estimé que l’opération de l’OTAN sera terminée à partir du moment où le CNT proclamera la libération du territoire libyen. Joint par téléphone, Adel Bourgin, membre du Conseil national de transition, nous a déclaré : «Selon l’accord, le rôle de l’OTAN était de protéger les civils des forces loyalistes à El Gueddafi. Après cette victoire, les armes doivent êtres déposées et toutes les parties nous ayant aidés sont maintenant invitées à rentrer chez elles.» Dans Syrte, Benghazi, Misrata et Tripoli, l’annonce de la mort d’El Gueddafi a été accueillie par des concerts de klaxons, des tirs de salves de joie et des embrassades.  
Syrte, berceau d’El Gueddafi

Syrte, la ville, qui a vu l’ex-guide libyen naître et qui l’a également vu mourir, était le dernier bastion du régime renversé le 23 août dernier. Les nouvelles autorités libyennes, qui attendaient la chute de cette ville stratégique, à 360 km à l’est de Tripoli, ne devraient pas tarder à proclamer «la libération totale» de la Libye.

Le 15 septembre, six jours après l’expiration de l’ultimatum lancé par les nouvelles autorités aux pro-Gueddafi pour déposer les armes, les combattants du CNT avaient donné l’assaut à la ville, appuyés des frappes de l’OTAN. C’est aux alentours de ce grand port de pêche et commercial, connu depuis l’Antiquité, qu’est né, en juin 1942, l’ex-leader libyen. Il y avait créé un grand centre de conférences, au style grandiloquent et moderne, tranchant avec la vétusté et la simplicité architecturale du reste de la ville.

En 1999, il y avait convoqué les chefs d’Etat africains pour les convaincre d’abandonner la vieille Organisation de l’unité africaine pour l’Union africaine dont il voulait devenir le premier président. Syrte, qui comptait environ 120 000 habitants avant les combats meurtriers et les raids de l’OTAN, qui ont poussé à la fuite des milliers de personnes, est très étalée le long de la côte méditerranéenne, entre mer et désert. Elle est constituée de longues et étroites rues, parsemées de petites boutiques et d’hôtels modestes, aujourd’hui dévastés.
Les réactions internationales

-Barack Obama, président des Etats-Unis : «Aujourd’hui, le gouvernement de la Libye a annoncé la mort de Mouammar El Gueddafi. Cela marque la fin d’un chapitre long et douloureux pour les habitants de la Libye qui ont désormais une chance de pouvoir déterminer leur propre destin dans une Libye nouvelle et démocratique.»

-Silvio Berlusconi, président du Conseil italien : «’’Sic transit gloria mundi’’, ainsi va la gloire du monde, la guerre est finie.»

-Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne : «Si la mort (de Mouammar El Gueddafi) est confirmée, cela clôt une période tragique durant des années dans la vie des Libyens. Après dix mois d’extraordinaires sacrifices, le peuple libyen peut dire, avec fierté et confiance, qu’il a renversé un régime qui le terrorisait et l’oppressait depuis plus de 40 ans.»

-Nicolas Sarkozy, président de la République française : «Une étape majeure pour la reconstruction de la Libye, avec la disparition de Mouammar El Gueddafi, avec l’ouverture d’une page nouvelle, celle de la réconciliation dans l’unité et la liberté.»

-Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères : la France est «fière» d’avoir aidé le peuple libyen. «L’annonce de la mort d’El Gueddafi et la chute de Syrte sont la fin d’une période difficile pour le peuple libyen. C’est la fin de 42 ans de tyrannie, d’un conflit militaire qui a été très éprouvant pour le peuple libyen.»

-David Cameron, Premier ministre britannique : «C’est un jour où il faut se souvenir des victimes d’El Gueddafi. Je suis fier du rôle joué par mon pays dans la chute du dictateur.»

-Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies : «A l’évidence, ce jour marque une transition historique pour la Libye. Le chemin à parcourir pour la Libye et son peuple va être difficile et rempli de défis. Le moment est maintenant venu pour tous les Libyens de se rassembler.»

-Nouri Al Maliki, Premier ministre irakien : «La similitude du destin des tyrans d’Irak et de Libye et d’ailleurs est la preuve de la capacité du peuple à vaincre les dictateurs. Les Libyens peuvent prendre le contrôle et créer leur présent et leur avenir.»

-Les familles des victimes américaines de Lockerbie. «Nous voulons féliciter le peuple libyen pour son courage et sa détermination. Pendant plus de 20 ans, les familles des victimes du vol de la Pan Am se sont battues sans répit pour aboutir à la justice, et la justice exige que le régime tyrannique d’El Gueddafi rende des comptes pour la mort de nos êtres chers. Bien qu’aujourd’hui soit un grand jour pour le peuple libyen et pour le combat universel pour la liberté, notre travail n’est pas terminé. L’agent libyen condamné (…) est toujours en liberté en Libye et d’autres fonctionnaires libyens impliqués dans l’attentat n’ont pas été arrêtés.»     (par : Noël Boussaha avec agence)

 

Extradition des Gueddafi : une délégation libyenne bientôt à Alger

«Une délégation des nouvelles autorités libyennes sera bientôt en Algérie pour discuter avec les autorités algériennes du sort des membres de la famille El Gueddafi et de leur extradition vers la Libye», nous a affirmé hier Adel Bourgin, membre du Conseil national de transition, à Tripoli, sans pour autant donner plus de détails. On ignore pour l’instant la date de cette rencontre. Mercredi, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, avait demandé à son homologue algérien de coopérer avec les autorités libyennes sur le dossier de l’extradition des membres de la famille du guide libyen. L’Algérie avait accueilli, le 26 août dernier, une partie de la famille El Gueddafi pour «des raisons humanitaires».

Mehdia Belkadi                                                                                      Elwatan.com____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires