PARTAGER
En plus des quatre ministres actuels révoqués et des cinq autres du précédent gouvernement également limogés suite à leur responsabilité dans des dysfonctionnements enregistrés dans la conduite de chantiers de développements dans la région du Rif, l’on en sait un peu plus sur le reste des responsables au sein de l’administration, appelés à quitter leurs fonctions et à être remplacés dès la semaine prochaine par le chef du gouvernement.
Certains d’entre eux ont déjà été empêchés d’accéder à leurs bureaux comme le secrétaire général du ministère de la santé alors que ceux des départements de la culture, de l’habitat, de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports seront également remerciés. Près de trois directeurs centraux et cinq délégués régionaux en poste dans cette région feront également les frais de cette campagne mais ne seront pas rayés des listes de la fonction publique, autrement dit condamnés au placard pour une durée indéterminée en attendant que leur cas soit examiné.
Plusieurs autres hauts responsables dont des gouverneurs sont également dans le viseur dans d’autres régions du pays pour les mêmes motifs et leurs noms devraient être connus également dans les prochains jours pour faire partie de ce cortège comme jamais le pays n’en a connu.
Par Jalil NOURI

Commentaires