PARTAGER
Il ne sert à rien de placer trop d’espoirs dans une normalisation entre le Maroc et l’Union Européenne et l’arrivée en catastrophe à Rabat de la ministre européenne des affaires étrangères ; Frederica Moguerini ne risque pas d’inverser l’ordre des choses car la température enregistrée dans ces relations ne plaide pas en faveur d’une reprise rapide et sans conditions du dialogue entre les deux parties malgré le médiations qui s’activent discrètement en coulisses à Bruxelles.

Commentaires