PARTAGER

Pour la deuxième fois dans les annales du prestigieux prix littéraire « Goncourt », le plus célèbre du monde francophone, une femme marocaine vient d’inscrire son nom au palmarès après l’attribution de ce prix à l’autre écrivain marocain, Tahar Bengelloun, premier maghrébin et arabe à remporter l’illustre prix il y a 31 ans déjà.

Il aura fallu donc attendre toute cette période pour voir la marocaine, Leila Slimani, une franco-marocaine âgée de 35 ans et originaire de Rabat, qui a succèdé à l’auteur de « La Nuit Sacrée » avec un ouvrage haletant tiré d’une histoire réelle d’un assassinat à NewYork par une nurse dominicaine de deux enfants dont elle avait la charge, un crime qui avait fait grand bruit à l’époque dans la presse internationale.

La vraie prouesse de Leila Slimani est de décrocher le précieux prix au bout de son deuxième ouvrage.

Tahar Bengelloun a tenu à être parmi les premiers à lui exprimer son émerveillement devant son style limpide et captivant et lui prédire une brillante carrière. Venant de la part de cet écrivain, le témoignage a ému une Leila Slimani, une petite femme au talent immense.

Commentaires