PARTAGER

C’est un bilan effarant que dresse le journal arabophone « Al Massae, de la face la plus sombre qui soit du mois sacré du ramadan, un mois censé être celui de la piété, de l’amour de l’autre et du pardon.Les chiffres parlent d’eux-mêmes et donnent à réfléchir: pour la seule première semaine de ce mois sacré, pas moins de 6 meurtres ont été commis dans la seule région Casablanca-Settat, sous le coup de l’énervement qui, pour certains, peut conduire à des gestes extrêmes irréparables. Pas moins de trois morts lors d’agressions au couteau le premier jour à Dar El beida, Mohammedia et Berrechid pour des motifs futiles sans parler des blessés qui s’entassent chaque jour par centaines aux services des urgences dans des hôpitaux congestionnés. Ils ne sont pas les seuls, car contrairement à ce que l’on peut penser, les commissariats le sont aussi pour les plaintes suite à des vols à main armée et à l’arraché dont le nombre atteint des proportions impensables même en temps normal. De quoi de désoler de ce changement dans les comportements pendant le ramadan où le prétexte du jeûne et l’abstinence sont mis en avant devant les juges pour justifier des meurtres tout comme le vol des biens d’autrui est justifiée par la nécessité de subvenir aux besoins des familles sans ressources.

Commentaires